LGBTI+ et quartiers populaires : Droit de cité ?

LGBTI+ et quartiers populaires : Droit de cité ?

Fier-e-s et Révolutionnaires, commission LGBTI+ du Parti Communiste Français (PCF), s'est réunie à Bobigny, ces 22, 23 et 24 février, pour son séminaire, avec en ouverture un débat sur « la situation des personnes LGBTI+ dans les quartiers populaires ».

Parmi les invités, Lyes Alouane, délégué de STOP homophobie, qui est intervenu pour présenter les mesures de prévention et de sensibilisation aux LGBTQIphobies, que nous préconisons déjà dans les établissements scolaires notamment, avec un renforcement et suivi des actions d'inclusion.
Lyes a d'ailleurs interpellé l'Éducation nationale pour l'introduction dans les programmes de l’histoire des mouvements LGBT+. Il a également évoqué un « volet répressif » face aux violences.

L'occasion par ailleurs de retrouver Amandine Miguel, ancienne porte-parole de l'interLGBT et candidate désormais aux élections européennes, en mai prochain, sur la liste de Ian Brossat, engagé pour les droits humains.

La question, toujours incertaine, de l'ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) à toutes les femmes, « engagement du président de la République », a bien évidement largement indigné l'assemblée, qui n'a pas manqué de tacler le « retard » de la France,
à « l'arrière-garde ». Le CCNE avait déjà donné son feu vert en juin 2017. Et rappelons que depuis 2013, les familles homoparentales sont reconnues par notre droit, dans le cas de PMA réalisées à l’étranger. Si ce n'est que la deuxième mère reste là encore cantonnée au rôle d’« adoptante ».

Le séminaire s'est clôturé par des propositions d'adhérents pour promouvoir l’égalité LGBT et droits humains.

--

--

Voir cette publication sur Instagram

« LGBTI+ et quartiers populaires. Droit de cité ? » conférence/débat ce 21 février avec #lyesalouane de @stop.homophobie Fier.e.s et révolutionnaire !

Une publication partagée par Stop Homophobie (@stop.homophobie) le