Vidéos. Stars, personnalités ou anonymes : Rétrospective sur ces « coming out » les plus médiatisés en 2015

Vidéos. Stars, personnalités ou anonymes : Rétrospective sur ces « coming out » les plus médiatisés en 2015

Si avec les années les mentalités se libèrent, évoquer son homosexualité notamment lorsque l’on est une personnalité publique, reste encore difficile. Une démarche pourtant salvatrice, qui offre également une vitrine médiatique à la cause LGBT. Nombreux sont en effet les plus jeunes en manque d’exemples et de références. Heureusement, cette année, tous les domaines d’activité ou presque auront été le théâtre de coming-out.

Les sportifs se sont particulièrement illustrés

Sam StanleyDans le rugby, on a pu compter sur Sam Stanley, ancien joueur des Saracens, qui est devenu le premier joueur professionnel anglais encore en activité à faire son coming out. Il y a eu aussi Keegan Hirst, capitaine de l’équipe professionnelle des Bulldogs de Batley : « Au début je ne pouvais même pas dire ‘je suis gay’ dans ma tête. J’avais une femme et des enfants. J’ai été dans le bâtiment, portier, je travaillais dans des usines – je joue au rugby. Je cochais toutes les cases macho. Comment pourrais-je être gay ? Je viens de Batley nom de Dieu. Personne n’est gay à Batley. Maintenant, je me sens libre »,  a-t-il conclu.

Plus récemment, c’est Casey Conway, ancien joueur de la National Rugby League pour les Sydney Roosters, qui a fait part de son homosexualité dans une interview sur la chaîne Australia’s Special Broadcasting Service :

« j’ai bossé avec des gosses qui sont à la rue car ils ont été virés de chez eux quand ils ont dit qu’ils étaient gays. Ils ne souffrent pas seulement car ils n’ont pas de maison, mais aussi de l’état de leur santé mentale et d’un tas de questions », a-t-il ajouté. Conway a pris sa retraite du rugby à 22 ans en raison d’une blessure à l’épaule. Il est depuis modèle pour les marques australiennes Aussiebum et Sluggers, et travaille comme coordinateur pour une association de jeunes à but non lucratif dans le Queensland.

Gus-KenworthyDans l’univers du ski, c’est Gus Kenworthy, médaillé d’argent en slopestyle aux JO de Sotchi, qui a franchi le pas :

« Je n’ai jamais pu être fier de ce que j’ai accompli à JO parce que je me sentais horriblement mal avec ce que je n’avais pas fait. Je ne voulais pas dévoiler mon orientation sexuelle en tant que médaillé olympique mais en tant que meilleur skieur de style libre [“freeskier”] du monde. »

On pense aussi à David Denson, joueur des Brewers de Milwaukee et « premier coming-out de l’histoire du baseball professionnel ». Le jeune homme de 20 ans a révélé son homosexualité dans le quotidien local Journal Sentinel. Personne n’avait osé franchir ce cap. Il avait déjà dévoilé son orientation sexuelle à sa famille mais appréhendait de l’annoncer à ses coéquipiers :

« Ils m’ont dit : Tu es toujours notre coéquipier, notre frère. Ton orientation n’a rien à voir avec tes habiletés de joueur. Tu es un joueur de baseball comme un autre. »

Tom BosworthIl y a encore Tom Bosworth, triple médaillé du Royaume-Uni en course de fond, qui est devenu le premier également de sa discipline à faire part de son homosexualité. Invité de l’émission Victoria Derbyshire Show, il a confié que « c’était une grande chance d’en parler dans un environnement détendu », ajoutant que « tout le monde avait été d’un grand soutien : il y a eu des questions très intéressantes quand je leur ai parlé de ma situation. Mes co-équipiers m’ont demandé si j’avais un compagnon et quel âge j’avais quand j’ai fait mon coming-out. ils étaient intrigués par ma sexualité et m’ont demandé si j’ai déjà été coincé avec le fait d’être ouvertement homosexuel. »

Plus récemment, Bill Kennedy, l’un des plus anciens arbitres NBA, a choisi de révéler son orientation sexuelle en réaction à des injures homophobes. On pense aussi à Adam Rippon, double médaillé d’argent des États-Unis en patinage artistique et à Elodie Godin, la basketteuse française, qui a profité d’un entretien accordé à « L’Equipe » en mai dernier pour faire son coming-out, évoquant son bonheur amoureux avec Naomi Halman, basketteuse néerlandaise. Ainsi qu’à la championne de cross country Florencia Espiñeira, devenue la première athlète chilienne encore en activité à faire son coming out.

 

[spacer]

Dans le monde de la télé

alex-goude-et-romain-et-bebeEn France, c’est Alex Goude qui, dans une démarche militante et pour fêter les deux ans du mariage pour tous léga­lisé en avril 2013, a poussé le débat autour des droits des homo­sexuels en nous présentant en mai, depuis Las Vegas, son mari Romain et leur fils Eliott, né par gesta­tion pour autrui : « À Paris, on a parfois l’im­pres­sion qu’il ne faut être ni juif ni noir, ni arabe ni homo­sexuel. Je ne supporte plus le refus de l’autre. J’en ai assez qu’on dise à Romain de féli­ci­ter sa femme pour la nais­sance. Moi-même je devrais me taire. Eh bien non. Je le reven­dique : nous sommes deux hommes, nous avons fait un enfant et ça se passe bien. »
Quelques jours plus tôt, l’animateur d’« Au cœur de l’histoire » sur Europe 1, Franck Ferrand, revenait sur « ses premières fois et premiers mensonges ». Dans une interview indiscrète sur letudiant.fr, il déclarait avoir « attendu ses 29 ans pour annoncer à ses parents qu’il préférait les garçons ».
En mars, Vincent Dedienne, humoriste, comédien et chroniqueur du Supplément de Canal +, confiait sur Têtu qu’il avait lui aussi hésité à en parler à ses parents qui auront finalement découvert « son homosexualité lors de son spectacle ». Une déclaration dans la presse rendue officielle pour le grand public.

Et puis, comment ne pas souligner le « coming out trans de Caitlyn Jenner », 65 ans, en couverture de « Vanity Fair » : « Je suis enfin heureuse après avoir si longtemps lutter pour vivre telle que je suis. Bienvenue donc au monde, Caitlyn. Je suis impatiente que vous la/me rencon­triez ». Et, en moins de 4 heures, c’était déjà plus d’un million de fans sur twitter.

Dans le cinéma

On peut citer Joel Grey, Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Cabaret en 1972, qui a évoqué sa sexualité à cœur ouvert dans le magazine américain People : « Je n’aime pas les étiquettes », a t-il confié, « mais si vous deviez m’en coller une, je suis gay ! » Si ce n’était pas un secret pour sa famille, le comédien de 82 ans n’avait jamais parlé publiquement de son attirance pour les hommes. Marié à Jo Wilder pendant vingt-quatre ans, le couple a eu deux enfants : Jennifer Grey (54 ans), fameuse star de Dirty Dancing, et James Katz, un chef cuisinier.

Kristen-Stewart-à-la-Une-du-magazine-NylonHomo, hétéro ? Question laissée en suspense pour la star de Twilight, Kristen Stewart, qui a longtemps fait rêver les ados lorsqu’elle était en couple avec Robert Pattinson. Dans une interview au magazine Nylon, elle a déclaré ne pas se cacher, sans pour autant parler de coming-out :

« je ne me cache pas. Il suffit de chercher sur Google… Je crois en la « fluidité » de la sexualité… Ma vie entière est basée sur cette foutue ambiguïté et j’adore ça. Donc je ne pense pas que ça serait honnête de ma part si je faisais mon coming-out. À moins que je me décide à lancer une fondation, à faire quelque chose d’utile ou que je possède un avis qui pourrait être important pour les autres, je préfère ne rien dire. Pour l’instant, je suis juste une enfant qui fait des films. »

Dans d’autres domaines (Mode, Politique, Religion…)

On peut évoquer Lily-Rose Depp, la fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp, qui a suggéré sa bisexualité en participant à un projet photographique de l’artiste américaine Io Tillet Wright, destiné aux personnes qui ne se définissent pas comme « 100% hétérosexuelles ». Un « coming out » sans surprise pour son père, qui souligne : « C’est une personne très équilibrée ! »

On n’a pas oublié la très émouvante vidéo des jumeaux Austin et Aaron Rhodes, deux jeunes hommes populaires sur les réseaux sociaux, qui ont décidé au début de l’année d’annoncer à leur père leur homosexualité. Ainsi que celle de Joey Graceffa, YouTuber américain, plus célèbre pour ses films déjantés, mais qui a choisi de se dévoiler dans un conte musical des plus chevaleresque. Ni d’ailleurs du coming out, plutôt torride sur fond de polémique de Tooji Keshtkar, ancien candidat au Concours de la chanson Européenne en 2012. Dans un clip tourné dans l’église de la paroisse de Frogner d’Oslo, le chanteur norvégien se met en scène, en pleine confusion des sens avec un prêtre.

[spacer]

[spacer]

Plus surprenant, on a regretté la suspension de Mgr Krzysztof Charamsa qui a provoqué les foudres du Vatican en présentant son partenaire aux médias. En vertu de la décision de l’évêque de Pelplin, l’ecclésiastique polonais ne peut plus désormais ni célébrer la messe, ni administrer des sacrements, ni même porter la soutane.

On se rappelle aussi de Leo Varadkar, Premier ministre ouvertement gay de l’histoire de l’Irlande, qui s’est affirmé publiquement lors d’un entretien avec la Radiotélévision nationale. Un engagement courageux, à quelques mois de la consultation historique qui a vu ce pays de tradition catholique devenir la première nation au monde à ouvrir les droits du mariage aux couples de même sexe par référendum. Ou des révélations de Nick Gibb, Ministre britannique de l’Éducation, issu du parti Conservateur, qui après 29 ans de vie commune mais discrète, s’est dévoilé en annonçant ses noces avec son compagnon, Michael Simmonds, responsable de l’institut « Scrutin Populus ».

Et, mention spéciale à cette étudiante dans la province du Guangdong, en Chine, qui a choisi de faire son coming out en pleine remise des diplômes, appelant à l’égalité des droits et au président de son établissement, à prendre position pour soutenir les minorités sexuelles. Le responsable s’est exécuté et l’a prise dans ses bras. Un cliché qui a fait le tour du monde.

Les plus insolites

On a souri en apprenant que Waylon Smithers Jr. des « Simpson » avait décidé, après 27 saisons de la série d’animation, de déclarer son affection à M. Burns, le très hargneux propriétaire de la centrale nucléaire de la Springfield : « La plupart des habitants savaient qu’il est gay… mais pas son patron, paradoxalement », confiait Al Jean, scénariste et producteur au site TV Line. On a fondu pour « Ms. Brown », businesswoman accomplie dans l’univers des cacahuètes chocolatées qui, à l’occasion du mois des célébrations de la fierté LGBT et pour saluer la légalisation du mariage pour tous aux États-Unis, s’est accordée quelques jours de vacances, après nous avoir dévoilé son grand amour « Ms. Green ». Une première chez les M&M’s.

[spacer]

Joëlle Berthout et Terrence Katchadourian
@stop_homophobie