Transphobie : 6 mois de prison ferme pour l'agresseur de Julia Boyer à Paris

Transphobie : 6 mois de prison ferme pour l'agresseur de Julia Boyer à Paris

Elle avait été humiliée, fin mars, sur la place de la République, prise à partie par plusieurs hommes, dont un qui lui avait assenée plusieurs coups au visage, « pendant que la foule scandait une chanson humiliante ».

Projectiles, gifles, coups de poings, attouchements...

STOP homophobie avait dénoncé l'agression, par ailleurs filmée par l'un des témoins qui nous avait adressé la vidéo. Le parquet de Paris avait immédiatement ouvert une enquête.

Le suspect vient d’être condamné, ce mercredi 22 mai, par le tribunal correctionnel de Paris, à dix mois de prison dont 4 avec sursis. Il devra également verser 3 000 euros de dommages et intérêts à Julia, qui a salué une victoire tout en estimant qu'il existait « d'autres moyens » que la prison pour sensibiliser à la question de la transphobie. Elle souhaitait notamment voir son agresseur effectuer un travail d'intérêt général au sein d'une association LGBT.

Pour Etienne Deshoulières, avocat de Mme Boyer et conseil de STOP homophobie, qui s'était constituée, avec les associations Mousse et SOS, partie civile aux côtés de la victime, « c'est un procès symbolique. Aujourd'hui, nous avons vu un parquet de Paris sensible aux questions transgenres ! », a-t-il insisté. « La justice française a pris en compte la dimension discriminatoire du délit de violence commis par le prévenu. »

---

---

Laissez un commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.