Pride de Manille 2018 : 15 000 marcheurs, dont un groupe d’évangélistes Philippins pour demander pardon aux LGBT (VIDEO)

Ils défilent depuis quatre ans avec le même message, « pour demander pardon aux LGBT », jugés et condamnés depuis des siècles par l’Église, citant la Bible, hors contexte historique et culturel.

« Je croyais que Dieu condamnait les homosexuels, mais en étudiant les Écritures, j'ai réalisé qu'il y avait beaucoup à découvrir, y compris sur cette vérité que Dieu n'est contre personne », a rappelé sur BuzzFeed News Val Paminiano, Pasteur évangéliste et Pentecôtiste de la « Church of Freedom in Christ Ministries », basée dans la municipalité de Makati (banlieue de Manille).

Les paroissiens ont encore marché, ce samedi 30 juin 2018, pour la 24e édition de la Pride, scandant des slogans, « pour que d'autres fidèles cessent également de justifier leur haine, en se cachant derrière la religion ».

« Nous prions au contraire que de plus en plus de chrétiens réagissent, témoignent et choisissent l'amour comme le ferait Jésus. Nous avons réprimé la communauté LGBT, en les résumant à un acte sexuel, plutôt que les voir comme des enfants du seigneur. Nous avons harcelé leur famille, prétextant des valeurs traditionalistes. Nous regrettons de ne pas avoir honorer l'humanité. Nous avions simplement peur. »

Plus de 15000 personnes ont ainsi participé à la marche cette année pour réclamer l'égalité, encore et toujours. Les Philippines sont en effet considérées comme l'une des nations les plus « friendly » d'Asie, prévoyant des protections anti-discriminatoires, mais la communauté LGBT reste confrontée aux discriminations et à la violence, au quotidien.

Il y a quelques jours, saisie par deux couples homosexuels qui se sont vu refuser le droit de se marier, la plus haute juridiction du pays a commencé à examiner les arguments en faveur d'une ouverture du mariage pour tous. Il aura fallu trois ans pour obtenir qu’une audience se tienne. Mais d’après les spécialistes, la décision revêtira une grande importance.  En décembre 2017, le président Rodrigo Duterte avait déjà annoncé son soutien à la réforme et la création d'une commission dédiée, estimant que c'était dépassé d'avoir à « imposer une morale qui ne fonctionne plus ».

Mathieu Mercuri
stophomophobie.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.