Londres promet « d’éradiquer la pratique abjecte » des thérapies de conversion, « plus répandue qu’on ne l’imaginait »

Le gouvernement britannique a dévoilé, mardi 3 juillet, un plan pour « améliorer la vie » des personnes LGBT, doté d'un budget de plus de 4,5 millions de livres (plus de 5 millions d'euros), élaboré à partir des résultats d'une enquête menée par le Bureau gouvernemental des égalités auprès de 108' 000 personnes se définissant comme « lesbienne, gay, bi ou trans », cibles de préjugés au quotidien.

« J'ai été frappée par le nombre de répondants ayant déclaré qu'ils ne pouvaient pas être sincères quant à leur orientation sexuelle (70%) ou tenir la main de leur partenaire en public (68%) par peur d'une réaction négative », a déclaré la Première ministre Theresa May dans un communiqué. « Personne ne devrait avoir à cacher son identité ou son amour pour quelqu'un. Nous pouvons être fiers des avancés dans le domaine, mais l'étude a mis en lumière de nombreuses lacunes. »

D'après l'enquête, 5% des membres de la population LGBT se sont vus proposer une thérapie de conversion (soins pseudo-psychologiques, interventions chirurgicales, « viol correctif »), que 2% ont suivi.

« Nous examinerons toutes les options, législatives ou non, pour les interdire », a ajouté sur The Independent Penny Mordaunt, secrétaire d'État aux Femmes et à l'Égalité, qualifiant ces pratiques d'abjectes, « contraires à l'éthique et potentiellement dangereuses ».

Selon l'étude, elles seraient conduites dans une majorité de cas (51%) par des groupes religieux, et, dans une moindre mesure, par des professionnels de santé ou un proche (respectivement 19% et 16% des cas).

Parmi les 75 propositions, la nomination d'un « conseiller national santé LGBT », pour réduire « les inégalités de santé » dont souffre la population LGBT et répondre à leurs « besoins spécifiques ».

De même, sur les douze derniers mois, 40% des interrogés ont subi une agression verbale ou physique, en raison de leur orientation sexuelle. Ces résultats « montrent qu'il reste beaucoup à faire pour parvenir à une égalité réelle », a souligné Ruth Hunt, directrice de l'ONG StoneWall.

L'exécutif souhaite ainsi « améliorer la formation des policiers » et mettre en place des programmes de lutte contre les comportements violents ou discriminatoires dans les établissements scolaires.

Une consultation devrait suivre, pour en outre réformer et compléter le « Gender Recognition Act », qui offre aux personnes trans une reconnaissance officielle du genre auquel elles s'identifient.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.