Mobilisation contre la haine anti-LGBT : François Hollande estime qu’il y a encore « de nombreux combats à mener » (VIDEO)

 

Ce vendredi 17 mars, dans le cadre du plan d'action initié en décembre dernier par le gouvernement contre la haine et les discriminations envers les personnes LGBT, le président de la République a reçu à l'Élysée les actrices et acteurs engagés dans le combat.

Déroulant l'évolution des droits de la communauté en France, depuis que l'homosexualité n'est plus considérée comme une pathologie psychiatrique, François Hollande, consensuel, est revenu sur l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de personnes de même sexe : un engagement tenu, contrairement aux promesses d'extension de la procréation médicalement assistée aux couples lesbiens et femmes célibataires.

Rappelant également que de la « persévérance » était nécessaire face aux « résistances », il a par ailleurs évoqué la nécessaire reconnaissance de la filiation des enfants nés d'une GPA. La réforme dans la loi « Justice du XXIe siècle » pour faciliter le changement d'Etat civil pour les personnes trans, mais qui n'est toujours pas entrée en vigueur. Ainsi que sa volonté d'interdire les opérations chirurgicales pratiquées sur de nombreuses personnes intersexes, dès leur jeune âge, « plus largement considérées comme des mutilations », a-t-il estimé.

« Rien n'est jamais acquis, il reste de nombreux combats à mener... Dans de nombreux pays du monde, les droits des personnes LGBT sont encore attaqués, même dans les plus puissantes démocraties », a-t-il insisté, regrettant les hésitations entre la continuation du progrès et le retour en arrière : « les choix qui seront faits au mois de mai et juin seront essentiels pour ouvrir d'autres progrès, faire avancer le pays et changer favorablement le monde », a-t-il averti, en clin d’œil aux rendez-vous de la présidentielle et prochaines législatives.

L'interpellant sur les questions internationales, Alexandre Marcel, porte-parole de STOP Homophobie et président du comité Idaho France, lui a en outre remis un extrait du bilan d'activité de l'association depuis 2013 : plus de 33.000 témoignages, reçus par mail, messages sur les réseaux et ligne d’écoute, dont 14.000 pour des menaces verbales et autres insultes homophobes (42%), quelque 1700 pour des violences physiques en raison de l’orientation sexuelle des victimes ou leur identité de « genre » (5%) et plus de 18.000 sollicitations diverses sur les droits des LGBT+, avec demandes d’accompagnement etc. (53%).

Selon « les chiffres officiels de l’homophobie et la transphobie ordinaires en France » dévoilés chaque année par l’association Flag !, dans la même période, quelque 1865 faits ont été enregistrés par la Police Nationale (994 en 2015, 618 en 2014, 253 en 2013) et 1080 relevés en Gendarmerie (529 en 2015, 551 en 2014).

« Ça commence par des mots et finit par du sang... »

S’ils ne reflètent pas la réalité, ces chiffres confirment toutefois les réticences, pour ne pas dire la grande appréhension, de la communauté à déposer plainte, malgré la persistance de ces crimes et délits souvent violents et longtemps restés sans réponse pénale.

En espérant que la Dilcrah, dont le champ d'intervention est désormais étendu à la haine anti-LGBT, coordonne les associations en capacité de fournir des statistiques réelles.

Terrence Katchadourian
stophomophobie.org

Les commentaires sont fermés.