VIH/Sida : les LGBTQIphobies participent à la prévalence très forte de l’épidémie, dénonce Act Up Paris

Devant la recrudescence des agressions, notamment sur Paris et région - un couple gay qui s'enlaçait dans le 20ème arrondissement de Paris, une femme trans, travailleuse du sexe, dépouillée et percutée par une une voiture dans le bois de Boulogne, sans oublier l'assassinat il y a un mois de Vanesa Campos - Act Up Paris rappelle que toutes violences faites contre des personnes LGBTQI participent à la prévalence très forte de l'épidémie dans la communauté.

L'objectif de 0 contamination à l'horizon 2030 dans le cadre de « Vers Paris Sans Sida » restera une bien jolie utopie sans un vrai plan de lutte contre les discriminations, prévient l'association, qui déplore, outre l’inertie des pouvoirs publics, une différence de couverture médiatique dans les agressions anti-LGBTQI.

« Nous n'oublions évidemment pas les travailleuses du sexe que la loi sur la pénalisation des clients pousse à s'isoler s'exposant d'autant plus à la violence, et poussant les plus précaires d'entre elles à des rapports à risques possiblement contaminant ».

Face à ces constats amers, Act Up Paris réclame donc un réel plan d'action, incluant les plus minorisées de la communauté.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.