« Action coup de poing » contre la Pride 2014 de Nancy : les prévenus relaxés en appel (VIDEO)

 

Condamnés en janvier 2015 à 6 et 8 mois de prison avec sursis, une amende et un stage de citoyenneté, les deux militants d’extrême droite (Lorraine Nationaliste), Maxime A., 22 ans, et Pierre-Nicolas N., 25 ans, qui avaient déployé une banderole haineuse, en pleine progression du défilé 2014 de la Marche des fiertés de Nancy, ont finalement été relaxés ce jeudi par la cour d’appel, rapporte L'estrepublicain. Ils étaient poursuivis pour « menace de mort en raison d’une orientation sexuelle ». Ils ont plaidé la liberté d'expression.

Le plus jeune, qui apparait à visage découvert, a également prétexté s'être lui-même senti offensé par une bannière dans le cortège de l'année précédente où il était écrit « fachos, allez brûler en enfer ». Et le second, étudiant en droit et futur candidat aux prochaines législatives pour le « Front National canal historique », mais qui assure ne pas être des extrêmes, a nié sa présence lors de l'incident. Il a en outre évoqué, pour justifier son ADN sur l'un des fumigènes lancés par le groupe, « un tiers » qui l'aura probablement subtilisé à son domicile.

Soulignant une carence dans l'éducation des prévenus, l'avocat général avait néanmoins requis la confirmation des peines prononcées en première instance, estimant que la « menace de mort » était caractérisée.

Mais les magistrats de la cour d’appel ont jugé au contraire que les termes « n'étaient pas constitutifs d’une menace immédiate de commission de meurtre ».

Christophe Devillemarie
stophomophobie.com

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.