A la Madeleine, la bibliothécaire suspendue pour avoir défendu un livre sur l’homoparentalité obtient réparation

 

Suivant les recommandations du rapporteur public, le tribunal administratif de Lille a annulé ce 14 mars la mise à pied d'une employée de la médiathèque de La Madeleine (Nord), qui avait critiqué l'attitude de la municipalité, défavorable à la mise à disposition d'un ouvrage sur l'homoparentalité, destiné aux enfants, rapporte ce jeudi l'AFP.

On lui avait demandée de retirer du présentoir des nouveautés le livre Tango a deux papas, pourquoi pas ?, inspiré de l'histoire vraie de deux manchots mâles qui ont couvé un œuf abandonné et donné naissance à un petit, dans le zoo de Central Park à New York. L'affaire avait été révélée par LeMonde.

La bibliothécaire s’était exécutée mais avait ensuite contesté cet ordre lors d’une réunion en interne fin 2014. La directrice générale des services avait rappelé sa consigne de discrétion sur la présentation au public « d'ouvrages dits "sensibles" » et susceptibles de choquer, expose le tribunal. L’homoparentalité et le mariage pour tous en faisaient partie. D’autant plus que l’adjointe à la culture, Évelyne Bizot, avait laissé entendre que les collections étaient «  vérifiées  » par des usagers catholiques (ce que le maire conteste).
Au cours de la discussion, l'animatrice de la médiathèque aurait, selon la municipalité, traité le maire d'« homophobe » et estimé que « même à Hénin-Beaumont, (ville dirigée par le Front national) on ne demande pas ça ». Trois semaines après, elle était exclue sans salaire pendant trois jours et son recours auprès de la ville contre cette mesure rejeté.

Il ressort toutefois des attestations, « circonstanciées et concordantes sur ce point, des six collègues (de l'intéressée), présents à la réunion, que celle-ci n'a pas qualifié d'homophobe la personne du maire, mais a fait état de ce que la consigne donnée pouvait être apparentée à une mesure homophobe ». Inexactitude matérielle, les faits reprochés ne sont donc « pas établis », a considéré le tribunal. Et, ses propos ayant été tenus lors d’une réunion interne, la fonctionnaire n'a pas non plus manqué à son devoir de réserve.

La ville de La Madeleine, dirigée par Sébastien Leprêtre (Les Républicains), proche et soutien de François Fillon, devra la dédommager à hauteur de 1 500 euros.

Anne V. Besnard
stophomophobie.com

Les commentaires sont fermés.