-->

Droits des LGBT : la Russie mise en échec à l'ONU

Droits des LGBT : la Russie mise en échec à l'ONU

La Commission du budget de l'Assemblée générale des Nations unies a voté mardi en faveur de l'octroi aux couples homosexuels des avantages réservés aux couples mariés, en dépit de l'opposition manifestée par la Russie.

>> Russia fails in bid to stop UN staff benefits for all gay couples

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait décidé en juin dernier d'octroyer aux couples de même sexe les mêmes prestations (rentes, voyages par exemple) qu'aux couples hétérosexuels, à condition qu'ils aient contracté leur union dans un pays où elle est légale. Auparavant ils ne pouvaient en profiter que s'ils étaient citoyens d'un pays où le mariage gai est reconnu, ce qui n'est pas le cas de la Russie.

Celle-ci a tenté de bloquer cette initiative en réclamant un vote devant le cinquième comité de l'Assemblée générale de l'ONU, qui gère le budget de l'organisation. Moscou a plaidé que le régime précédent n'était pas discriminatoire alors que le nouveau régime bafoue la souveraineté des États «sous prétexte de respect des droits de l'homme».

Mais la motion russe a été nettement rejetée, par 80 voix contre 43 et 37 abstentions. La Chine, le Belarus et des pays musulmans comme la Malaisie ont soutenu Moscou. L'Indonésie s'est abstenue tout en maintenant de «fortes objections» à la décision de M. Ban.

Européens, États-Unis, Canada, Australie et Mexique ont rejeté la motion russe. Pour l'ambassadrice américaine Samantha Power, M. Ban avait tout à fait le droit de prendre cette décision administrative, qui ne modifie pas les législations nationales. La remettre en cause, a-t-elle plaidé, aurait «créé un précédent dangereux en affaiblissant l'autorité du secrétaire général».

Elle a accusé Moscou «d'essayer d'exporter à l'ONU son hostilité envers les droits des homosexuels et des lesbiennes».

Toute «propagande» homosexuelle devant mineurs est punie d'amendes et de peines de prison en Russie depuis l'adoption en 2013 d'une loi qui a soulevé de nombreuses critiques en Occident.

Les démonstrations de fierté gaie sont systématiquement interdites en Russie, où l'homosexualité était considérée comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, et où l'homophobie s'exprime souvent ouvertement.

>> Russia failed on Tuesday in a bid to stop the United Nations extending staff benefits to all same-sex couples after a U.N. General Assembly budget committee voted 80 to 43 against the proposal.

There were 37 abstentions and 33 countries did not vote.

U.N. Secretary-General Ban Ki-moon said in July that the United Nations would recognize all same-sex marriages of its staff, allowing them to receive U.N. benefits.

Previously, staff members' personal status was determined by the laws of their country of nationality. But the United Nations now recognizes all same-sex couples married in a country where it is legal, regardless of their nationality.

Russia wanted the 193-member General Assembly Fifth Committee, which deals with the U.N. budget, to overturn Ban's decision and had been threatening to put the measure to a vote since December.

"We must speak plainly about what Russia tried to do today: diminish the authority of the U.N. Secretary-General and export to the U.N. its domestic hostility to LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender) rights," the U.S. ambassador to the United Nations, Samantha Power, said in a statement after the vote.

Deputy Russian U.N. Ambassador Petr Iliichev said before the vote that the United Nations should return to how the issue was previously regulated, citing it as "an example of how the United Nations respects cultural differences, the sovereign right of each and every state to determine its norms."

He denied that Russia was trying to undermine Ban's authority.

Russia triggered global criticism in 2013 when it banned spreading "gay propaganda" to children. Critics denounced the law as discriminatory and said it is a curb on rights to free speech and assembly.

Russian President Vladimir Putin says there is no gay discrimination in Russia, which decriminalized homosexuality in 1993.

Saudi Arabia, China, Iran, India, Egypt, Pakistan, and Syria were among the countries that voted in favor of Russia's proposal.

"The Kingdom of Saudi Arabia does not support the expansion of benefits for same-sex couples because Saudi Arabia believes these relationships are morally unacceptable," a Saudi diplomat told the U.N. committee.

AFP