Départementales : les candidats FN épinglés pour racisme ou homophobie, qualifiés pour le second tour

Départementales : les candidats FN épinglés pour racisme ou homophobie, qualifiés pour le second tour

Blagues racistes, insultes homophobes… selon le décompte du HuffPost, la majorité des candidats indélicats épinglés par la presse se sont qualifiés pour le second tour de dimanche prochain.

Exemple avec Chantal Clamer, investie dans l’Ariège. Cette ancienne villiériste s’était illustrée en assimilant notamment les lesbiennes à des « sales gouines » dont seuls voudraient les « blacks et les rebe [sic] ».

A l’époque Marine Le Pen s’était désolidarisée tout en renvoyant la décision de son éviction à son allié, le Siel. Ce qui n’a pas empêché Chantal Clamer et son binôme de remporter 33,54% des voix ce dimanche 22 mars.

Une douzaine, sont arrivés en tête à l’issue du premier tour. C’est le cas de Fabien Rouquette, candidat dans l’Aude. Son message « Socialistes, communistes, musulmans! Faites un geste pour la terre : suicidez-vous », n’a pas empêché 30,94% des électeurs de voter pour lui.

Interrogée ce lundi sur cette petite centaine de candidats embarrassants, Marine Le Pen a promis sur BFMTV qu’ils sont « suspendus et ils seront exclus, même s’ils sont élus ». Celle-ci a toutefois relativisé la gravité de certains propos, s’amusant d’une blague montrant des Roms en train de pousser une caravane avec la légende « On se croirait sur la route du Rom ».