Vidéo. Témoignage : "Mon beau-père m'a chassé, car il ne voulait pas d'un homo à la maison"

Vidéo. Témoignage : "Mon beau-père m'a chassé, car il ne voulait pas d'un homo à la maison"

A l'occasion de l'ouverture à Genève du Refuge, première structure d'accueil pour homosexuels de Suisse, le magazine télévisé "Mise au Point" a recueilli le témoignage d'un jeune gay français qui se reconstruit après avoir "voulu en finir".

Annoncée en janvier 2014, l'ouverture de ce premier centre devient réalité à Genève. Et, à quelques jours de son inauguration sous l'égide de l'association Dialogai, "le Refuge" a ouvert ses portes à l'émission de la RTS qui revient sur la "genèse" du concept initié en France depuis 2003 par Nicolas Noguier, et reconnue d’utilité publique en 2011.

Parce qu'en Suisse aussi, des jeunes hommes ou femmes sont aujourd'hui exclus de leur domicile après avoir fait part de leur orientation sexuelle à leurs parents. La preuve avec Eric, en rupture familiale. "Je savais qu'ils cesseraient de m'aimer le jour où ils apprendraient que j'étais homo", confie le Lausannois de 20 ans.

"On ne pouvait pas répondre à ces situations d'urgence jusqu'à présent, parce qu'on avait rien", explique Christophe Catin, président de Dialogai Genève.

Une situation de crise aigüe qu'a connue Julien, un jeune Français au parcours de vie cabossé dès le moment où il a dit à sa mère qu'il fumait... et qu'il était gay. Ce double aveu est le point de départ d'années de galère, loin des siens, puisque viré de chez lui par un beau-père homophobe. "Il m'a dit 'je ne veux plus d'un pédé qui mange à ma table'. Cette phrase me marquera toute ma vie", témoigne Julien, 20 ans, arrivé dans un Refuge du sud de la France il y a un an et demi.

Julien retrace le chemin parcouru depuis son "coming out" lorsqu'il avait 15 ans: ses six tentatives de suicide, son placement en foyer après avoir été retiré à sa mère, ses colères, les agressions. Les rejets qu'il a subis, encore, après six mois dans une école de réinsertion de l'armée française quittée "sur demande, parce que j'étais gay". Le retour à la prostitution "pour vivre, me payer peut-être une nuit à l'hôtel". Le Refuge enfin.

"Le Refuge m'a fait grandir. J'ai compris qu'il fallait que je mûrisse, que je sois indépendant. Pour avoir une autre vie. Aller découvrir la vie extérieure."

En France, le Refuge, financée à 40% par de l'argent public, coordonne 13 centres sur l'ensemble du territoire. L'an dernier, seuls 237 jeunes ont été hébergés, alors que quelque 1800 demandes d'accueil sont parvenues à l'association.

Rappelons également que pour la 3e année consécutive, la semaine du 11 au 17 mai a été décrétée par le ministère de l'Intérieur comme étant la Semaine nationale dédiée au Refuge. Placée sous la thématique des transidentités et de la transphobie, elle sera l’occasion pour l’association de mettre en place des actions dans l’ensemble de ses 13 délégations et antennes. De Lille à Marseille ou de Bordeaux à Strasbourg, retrouvez les équipes bénévoles et salariées du Refuge autour d'actions et d'évènements organisés dans votre ville, sous le parrainage exceptionnel de Cyril Hanouna !

Une conférence itinérante « Transidentités et transphobie : comprendre pour mieux construire ensemble la diversité », organisée en partenariat avec Acceptess-T et l'IDAHO, se tiendra du lundi au vendredi dans 6 de nos délégations (par ordre chronologique : Montpellier, Marseille et Toulouse, Bordeaux, Lille et Paris).
Cette conférence sera l'occasion d'interroger la question du genre, de la normativité et des rapports sociaux à travers les transidentités, ainsi que d'établir un constat de la transphobie en France, en Europe et dans le monde. Elle permettra également de mettre en avant les revendications actuelles des associations trans pour une meilleure considération et prise en charge de leur condition. Un temps d'échange entre les intervenants et le public clôturera la rencontre.

Attention, la capacité d'accueil étant limitée pour les conférences, n'oubliez pas de réserver votre place dans la ville de votre choix !

De nombreuses actions sont prévues en région : quêtes, stands d'information, soirées de charité, concerts... Pour retrouver le programme complet des actions dans votre ville.