Prison avec sursis et 5 ans d'inéligibilité pour l'élu montpelliérain, Djamel Boumaaz, qui voulait « enterrer » un drapeau arc-en-ciel

Prison avec sursis et 5 ans d'inéligibilité pour l'élu montpelliérain, Djamel Boumaaz, qui voulait « enterrer » un drapeau arc-en-ciel

Conseiller municipal, ex-FN, il disait vouloir « alerter l'opinion publique sur le lobby LGBT », qui infiltre « institutions, collectivités, écoles et bientôt nos crèches », en décrochant un « rainbow flag », hissé la veille, 17 mai 2016, devant l'hôtel de ville de Montpellier, « au nom de la diversité », une semaine contre les LGBTQIphobies et la signature d'une charte anti-discriminations.

Devant presse et caméras, l'élu avait ensuite tenté « symboliquement » d'enterrer « son trophée », pour le recouvrir d'une touffes d'herbe, trop essoufflé de creuser, invitant ironiquement le maire à « à venir lui-même remonter le drapeau ».

Djamel Boumaaz s'attendait à un « éventuel rappel à la loi » mais il a finalement été condamné, ce mercredi 20 février 2019, à six mois de prison avec sursis et 5 ans d'inéligibilité, « plus dommages et intérêts », se félicite l'association ADHEOS‏, partie civile au procès correctionnel, avec Angel 34 (Jeunesse LGBT+).

Coutumier des provocations haineuses, l’intéressé dénonce toutefois « une sanction plus politique que judiciaire » et a annoncé son intention de faire appel, indique midilibre.

Philippe Saurel, maire Divers gauche de Montpellier, avait aussi rapidement condamné « un acte d'intolérance » et saisi le procureur de la République, avant de hisser de nouveau le drapeau devant l'hôtel de ville, puis le décliner sur le logo et les supports web de la ville, assorti de la mention « friendly ».