Marlène Schiappa : « Les slogans et l’agressivité de la Manif pour tous ont nourri la recrudescence de violences homophobes »

Marlène Schiappa : « Les slogans et l’agressivité de la Manif pour tous ont nourri la recrudescence de violences homophobes »

Dans une interview parue ce jeudi 21 février dans Valeurs actuelles, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, revient sur l'explosion des actes antisémites, mais aussi LGBTphobes (+64 % l'année dernière), estimant qu'il y a « une alliance entre les gens d'extrême droite et les islamistes, qui s'unissent de fait dans ce combat », l'existence d'une « convergence idéologique » entre les « terroristes islamistes et la Manif pour tous », sans les placer toutefois « sur le même plan ».

« Les slogans et l’agressivité de la Manif pour tous ont nourri la recrudescence de violences homophobes » (...) « Comparer un bébé à une aubergine OGM », dans une campagne de communication, « je ne pense pas que ce soit un argument intellectuel ! Par ailleurs, je suis élue de la Sarthe et je peux vous dire que c’est très difficile d’être un jeune gay dans un lycée agricole ».

La Manif pour tous a dénoncé des « propos scandaleux », « une insulte gravissime aux millions de Français mobilisés depuis 2012 pour témoigner pacifiquement de leur attachement à la famille, premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables », et annonce une plainte, ce vendredi 22 février, pour diffamation publique devant la Cour de Justice de la République.

« En comparant l’incomparable, Marlène Schiappa se livre à une provocation qui augure très mal du débat à venir sur les enjeux majeurs de la révision de la loi de bioéthique. Les caricatures et les violences verbales n’ont pas leur place dans le débat public. Trop, c’est trop ! La Manif Pour Tous attend des excuses immédiates ».

Marlène Schiappa a fait le choix d’assumer.

Entre 2012/2013, en plein débat sur « le mariage pour tous », STOP homophobie a enregistré plus de 13.000 témoignages consécutifs à des actes LGBTphobes. Une véritable « flambée », reconduite depuis et chaque année sur tout le territoire. Difficile par conséquent d'ignorer l'écho des messages et slogans proférés par les antis, notamment sur Internet.