Plainte pour « injure homophobe » à l'encontre de Christian Bouchet, membre du Rassemblement National (RN)

Plainte pour « injure homophobe » à l'encontre de Christian Bouchet, membre du Rassemblement National (RN)

Le 2 septembre dernier, Christian Bouchet, titulaire du compte Twitter @ChBouchet, a partagé une photo de Ian Brossat, avec Brice son mari, accompagné du message « Suicide mode d’emploi : le futur candidat bobo-LGBT pro-migrants présentés par le P"C"F pour les européennes : Ian Brossat (ici avec son "épou-se") ».

L'expression est outrageante, c’est-à-dire d’un propos de nature à porter atteinte à l'honorabilité de M. Brossat en particulier, mais également de toutes les personnes homosexuelles en général.

Dans le cas présent, Christian Bouchet met en cause, sur le terrain politique, les idées « pro-migrants » de Ian Brossat. En revanche, lorsqu’il le qualifie de « bobo-LGBT », il se réfère à l’orientation sexuelle, révélant ainsi son animosité personnelle à l'égard des homosexuels, sans rien apporter au débat public.

LGBT signifie lesbiennes, gay, bisexuels et transgenres. Ce sont donc les personnes homosexuelles qui sont, en raison de leur orientation sexuelle, directement visées par le terme méprisant de « suicide mode d’emploi ». Terme employé en toute conscience et volonté.

De plus, Christian Bouchet évoque l’ « épou-se » de Ian Brossat. Il est bien évident qu'il n’aurait pas tenu ce propos méprisant si Ian Brossat avait été hétérosexuel, insiste Me Etienne Deshoulières, avocat de l'association Mousse, qui a déposé plainte contre X, et s'est constituée partie civile.

Il s'agit d'une injure stigmatisant le comportement genré des gays. Le terme fonctionne ici de la même manière que la plupart des invectives gayphobes, telles que « pédale, tapette, fiotte, folle, folasse, lopette, tafiole, tantouze » et « tarlouze ». L'auteur reproche au destinataire de ne pas correspondre au stéréotype de genre, en ne se comportant virilement comme un « vrai homme » qui aime les « vraies femmes ». « Le terme litigieux tire finalement sa charge injurieuse du sexisme : Christian Bouchet tente d'inférioriser un homosexuel en lui reprochant de se comporter comme une femme. Cette forme particulière d'homophobie liée au sexisme est appelée en sciences sociales l'hétérosexisme », pour Me Deshoulières.

En second lieu, l'expression « "épou-se" », avec l'usage de guillemets, vise à remettre en question la qualité d'époux du conjoint de Ian Brossat. Christian Bouchet dénie par conséquent, dans cette attaque dirigée contre Ian Brossat, la possibilité pour les couples de même sexe de prétendre aux droits qui leur sont désormais reconnus par la loi.
A nouveau, l'expression vise à inférioriser socialement les homosexuels et constitue une double injure.

Et puis, ces propos litigieux ont été publiés sur internet et sont accessibles en ligne gratuitement à tout internaute. Ils présentent donc aussi un caractère public.

Christian Bouchet est membre depuis 2008 du parti politique Front national, désormais Rassemblement national

Laissez un commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.