Menaces de mort homophobes : l'agresseur de Lyes Alouane devant le Tribunal judiciaire de Nanterre

Menaces de mort homophobes : l'agresseur de Lyes Alouane devant le Tribunal judiciaire de Nanterre

Le 8 mai 2018, Lyes Alouane, militant LGBT, alors âgé de 23 ans, a été pris à parti par deux individus sur la place du Docteur Roux à Gennevilliers, alors qu’il rentrait chez lui. L’un d’entre eux, Mohamed S., est un « récidiviste », qui le menace et l’injure systématiquement du fait de son orientation sexuelle.

Lyes a alerté les services de police, qui se sont déplacés, mais l’agresseur a poursuivi ses insultes et menaces, déclarant devant les agents, et alors qu’il était filmé : « Je lui ai dit que c’était une pédale, que c’était un PD. Il faut juste dire que dans un autre quartier, il se serait fait soulever ». « Si je fais un truc avec lui, je vais lui casser sa tête. Ouais, je vais lui casser sa tête. » « Des fois, il est sur le trottoir qui est là-bas. Et il passe. Et il nous regarde. C’est de la provocation. Il passe pas par là, c’est tout ». « Si vraiment il veut des problèmes, je lui casse sa tête. Et vas-y là, on me ramène [au poste de police], mais pour une raison. »

Défaillance des services de police de Gennevilliers

Le jour de l’agression, des agents de police étaient donc présents. Pourtant, le préfet de police de Paris a estimé, dans un courrier du 2 octobre 2018, que « les diligences menées, n’ont pas permis de confirmer que des insultes homophobes ont été proférées, de même que l’existence de menaces n’a pas été juridiquement caractérisée. »

Cette affirmation démontre que les agents de police de Gennevilliers n’ont pas fait remonter à leur hiérarchie les faits caractérisant des menaces de mort à caractère homophobe dont ils ont pourtant été témoins.

Laissez un commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.