-->

Maroc : deux jeunes présumés homosexuels agressés à leur domicile avant d'être trainés nus sur la voie publique

Maroc : deux jeunes présumés homosexuels agressés à leur domicile avant d'être trainés nus sur la voie publique

Deux hommes d'une vingtaine d'années, à priori soupçonnés d'entretenir une relation de couple « homosexuel », ont été agressés dans ce qui semble être leur appartement, avant d'être balancés nus en pâture à la rue.

La scène a été filmées. Les images sont violentes, dégradantes et dans la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, que nous n'avons pas souhaité partager, visages déjà tuméfiés et corps en sang, les victimes sont rouées de coups et humiliées par plusieurs individus proférant des menaces en darija, l'arabe dialectal du Maroc. Si la date et le lieu des faits sont incertains, le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI), opposé aux lois et pratiques liberticides dans le royaume, indique toutefois que l'agression se serait déroulée à Beni Mellal, une ville proche du massif de l'Atlas, sur le grand axe touristique Fès-Marrakech. Pour se solder par l'arrestation finalement du couple.

Ces dernières années, plusieurs actes de violence homophobe et transphobe ont émaillés les chroniques des faits divers au Maroc, provoquant ainsi l'indignation de la société civile et des internautes. Pourtant, comme l’origine, le sexe, l’appartenance religieuse ou le handicap, l’identité de genre et l’orientation sexuelle ne peuvent justifier ni violence, ni rejet, ni condamnation. MALI appelle ainsi à l’abrogation de l’article 489 du code pénal marocain qui condamne l’homosexualité et à la reconnaissance par l’Etat des droits des personnes homosexuelles : « l’évolution des mentalités et l’acceptation de l’autre, de la différence », est bien plus une question d’éducation que de temps. « Et l’éducation est aussi une question politique. »

COMMUNIQUELe M.A.L.I.-Maroc (Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles) s’indigne face à l’agression...

Posté par Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles - Maroc sur vendredi 25 mars 2016

« A l’heure où l’ordre moral et patriarcal est à son apogée », le mouvement exhorte aussi les associations, membres de la société civile et l’ensemble des personnes et élus choqués par ces actes, à exprimer leur refus de la haine, de l'homophobie, de la violence et des discriminations.

Joëlle Berthout
stophomophobie.org

4 Comments

Comments are closed.