La Cour constitutionnelle indonésienne refuse de criminaliser les « relations sexuelles hors mariage »

La Cour constitutionnelle indonésienne refuse de criminaliser les « relations sexuelles hors mariage »

L'association islamique « Family Love Alliance » avait déposé un recours auprès de la juridiction suprême, réclamant une modification du code pénal pour pénaliser les relations sexuelles hors mariage, qui aurait également affecté les couples homosexuels.

La requête « a été rejeté dans son intégralité », mais à une courte majorité, par « cinq des neuf juges », a déclaré le président de la Cour constitutionnelle, Arief Hidayat, cité par l'AFP.

Actuellement, les relations sexuelles hors mariage sont légales dans ce pays majoritairement musulman, même si mal perçues par la société. Tandis que l'homosexualité reste un sujet « tabou », et les membres de la communauté LGBT+ confrontés à une répression croissante, notamment ces derniers mois, avec des dizaines d'arrestations, dont plusieurs étrangers, lors d'opérations surprises menées par la police, sous prétexte de lutter contre la « pornographie » ou la « prostitution », passible de 10 ans d'emprisonnement.

En mai dernier, deux hommes ont été condamnés pour la première fois à recevoir des coups de canne en public, à Aceh. Ils étaient accusés d'avoir entretenu des relations sexuelles, illégales par contre dans cette région ultra-conservatrice de l'archipel, jouissant d'un statut d'autonomie accordé par le gouvernement central en 2001. C'est d'ailleurs la seule des 33 provinces de ce pays d'Asie du Sud-Est autorisée à appliquer la charia.

Mais l'hostilité est contagieuse. Le conseil des oulémas d'Indonésie, la plus haute instance de l'islam, a également demandé l'an passé une criminalisation des relations sexuelles entre personnes du même sexe, les qualifiant de « déviantes » et « anticonstitutionnelles ».

Plusieurs ministres, conservateurs et autres groupes religieux ont suivi dans des rhétoriques anti-LGBT, appelant aussi au boycott d'entreprises, considérées trop « gay friendlies », jusqu'à la suspension de sites dédiés sur internet.

En juin 2017, c'est le Parlement européen qui s'est dit « préoccupé » par la montée de l’intolérance homophobe en Indonésie. Cette décision de la Cour constitutionnelle de débouter le Family Love Alliance est donc tout à fait estimable, en cette intensification des violences contre les minorités.

Anne V. Besnard
stophomophobie.com