Vidéo. Ghana : Lynché par la foule parce que soupçonné d'homosexualité

Vidéo. Ghana : Lynché par la foule parce que soupçonné d'homosexualité

>> Suspected Gay Nearly Beaten To Death In Nima

Ce mardi, en soirée, attiré dans une embuscade par un prétendu « fan », Salim, qui souhaitait lui déclarer sa flamme, Kinto Rothmans, promoteur et organisateur d’événements culturels, a été battu à mort par une foule en colère qui l’accusait d’être « gay ». Après l’avoir contraint à un témoignage filmé, dans lequel il déclare « son désir d’avoir une relation sexuelle » avec l’homme en question, la vidéo a ensuite été partagée sur les réseaux sociaux.

Une quasi déclaration de mort pour ce jeune homme, relativement populaire dans son pays, où les personnes LGBT sont accusées de «corrompre la jeunesse», et les relations homosexuelles de toute façon considérées comme une infraction, passibles de peines de prison.

Le 6 février dernier, deux étudiants d’un internat de garçons de Denu, une petite ville de l’est du Ghana, surpris en train de « se caresser » étaient déjà victimes d’une tentative de lynchage, qui a tourné à l’émeute pour se solder par le décès d’un adolescent.

En mai 2014, c’était une bande d’extrémistes religieux, autoproclamés «les gardiens d’Accra», qui faisait la « Une » des journaux locaux pour avoir tabassé à mort un jeune homme de leur communauté qu’ils soupçonnaient là encore d’être gay. Ils étaient une trentaine d’individus à se lancer ensuite à la poursuite de son compagnon, qui alerté par ses proches, aurait heureusement réussi à s’échapper. La police ne procédera à aucune arrestation, se déclarant « incapable » de pouvoir identifier les suspects, les incidents s’étant produits « en foule ». La plupart des témoins avaient refusé de parler, considérant la collaboration avec la police comme de la délation plutôt qu’un soutien pour élucider l’affaire.

Terrence Katchadourian
@stop_homophobie