-->

"Summer of Sangaile" : Un récit très tendre et sensuel d’initiation à l’amour, à la vie

"Summer of Sangaile" : Un récit très tendre et sensuel d’initiation à l’amour, à la vie

Sangailé, 17 ans, est fascinée par la voltige aérienne. Mais, atteinte de vertige, elle n'a jamais osé monter dans un de ces avions. Lors d'une représentation, la jeune fille rencontre Auste, une fille de son âge avec laquelle elle a beaucoup à partager...

Prix de la mise en scène au Festival de Sundance 2015

Second long métrage de la rare Alanté Kavaïté, réalisatrice venue de Lituanie, Summer arrive 9 ans après Ecoute le temps, tourné avec Emilie Dequenne. Kavaïté a cela dit mis les bouchées doubles puisqu’en plus de ce Summer, elle a co-scénarisé le prochain Lucile Hadzihalilovic, Evolution. Le scénario n’est pourtant pas nécessairement le point fort de Summer. Son histoire d’éveil sentimental lesbien est assez classique, avec son opposition archétypale entre la fille réservée et l’autre plus exubérante, ce creux de l’été propice aux expériences et ces questionnements adolescents. Le parcours de l’héroïne suit des rails un peu sages pour ceux qui auront déjà vu quelques films sur le sujet (mais son traitement simple et doux peut en faire un film idéal pour des plus jeunes spectateurs).

Le décor de Summer est, lui, plus atypique : la campagne lituanienne d’abord, « pas vraiment Palm Beach » comme on l’entend dans le film, avec ses rendez-vous à la cantine de la centrale nucléaire et ses immeubles un peu tristes. Puis cette curieuse toile de fond thématique : la passion de l’héroïne pour les concours de voltige aérienne, comme à la belle époque de Véronique Jannot. Sangailé devra dompter ses peurs, affronter le lâcher-prise… Si la discipline est décalée, les métaphores sont elles plus classiques. C’est visuellement que Summer vaut vraiment le coup – et c’est d’ailleurs pour sa mise en scène qu’il vient d’être primé à Sundance. Kavaïté sait y faire pour installer une ambiance curieuse, qu’elle filme la maisonnette d’été en une inquiétante plongée ou quand on découvre l’appart farfelu d’une des deux héroïnes. Sa personnalité s’exprime par sa mise en scène, comme celles des scènes de sexe ou une autre de douche, moments délicats et poétiques.

Une avant-première est organisée en présence de la réalisatrice et des actrices (Julija Steponaityte, Aiste Dirziute) le samedi 27 juin 2015 à 19:00 au forumdesimages.fr

avec Nicolas Bardot