Politique : Quand Hollande fait croasser la droite Boutin

Politique : Quand Hollande fait croasser la droite Boutin

François Hollande devrait envoyer un bouquet de fleurs à Christine Boutin. Il y a quinze ans, l'élue des Yvelines en avait déjà reçu un de la part d'un inconnu "haut placé" après que Lionel Jospin l'avait fait pleurer à l'Assemblée nationale en moquant sa "marginalité" et ses "outrances" lors des débats sur le PACS.

A l'époque, la passionaria des sacristies avait dégainé sa Bible dans l'hémicycle pour fustiger la gauche impie qui menaçait, déjà, de "détruire la famille" (air connu). Vade retro Jospinas ! La droite était sortie de cette passe d'armes un peu plus ringardisée sur les questions de moeurs… Cette fois, à voir la frénésie avec laquelle la même Christine Boutin distille ses tweets à l'encens depuis la nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l'Education nationale, François Hollande devrait se fendre d'un nouveau bouquet pour la remercier.

Comme Mitterrand dans les années 80

En réveillant chez l'adversaire les instincts réactionnaires les plus caricaturaux, elle déplace le clivage droite-gauche, devenu imperceptible en matière de politique économique, sur un terrain sociétal, qui lui convient mieux. Faute de réjouir Billancourt, le stratagème réconforte au moins la rive gauche. François Mitterrand avait réussi ce tour à merveille dans les années 80 en cajolant une "génération morale" élevée au lait de SOS Racisme pour mieux masquer ses échecs sur le front du chômage.

La droite musclée version Pasqua-Pandraud était tombée dans le piège sans coup férir. François Hollande, qui connaît par cœur son petit Mitterrand illustré, tente le même coup trente ans plus tard. C'est le sens du maintien au poste de garde des Sceaux de Christiane Taubira, devenue une icône de la gauche depuis l'adoption du "mariage pour tous" et les infâmes attaques racistes dont elle a été victime.

Capture-d’écran-2014-08-27-à-21.55.46C'est aussi l'un des motifs de la promotion de Najat Vallaud-Belkacem rue de Grenelle. Faussement accusée d'avoir voulu introduire la prétendue  "théorie du genre" à l'école, voilà la nouvelle ministre de l'Education érigée en Belzébuth par tout ce que la droite compte de cohortes les plus radicales : Christine Boutin, donc, mais aussi Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous, qui, "horrifiée", appelle ses ouailles à défiler contre une ministre "familiphobe", ou encore  le député UMP Laurent Wauquiez qui dénonce le maintien de Taubira et la promotion de "l'ultra pro-gender" (sic !) Vallaud-Belkacem comme "une provocation contre les familles", comme si le si sage élu de Haute-Loire n'en finissait plus de vouloir expier ce soir de décembre 2013 où, sur le plateau de Thierry Ardisson, il avait confessé fréquenter "comme tout le monde" le site pornographique You Porn…

La droite, telle un taureau...

François Hollande et Manuel Valls peuvent donc se frotter les mains. Leurs adversaires les accusent d‘agiter un chiffon rouge ? Le couple exécutif aura beau jeu de plaider non coupable tant ces deux ministres étiquetés "gauche morale" semblent esseulées dans un gouvernement ultra modéré où la teinte "réaliste" et "libérale" a largement dissous toute connotation de "gauche traditionnelle".

Et quand bien même le pouvoir agiterait une muleta dans l'arène politique, ce qui frappe, et surprend une fois encore,  c'est l'attitude du taureau. En se jetant de nouveau tête baissée dans ce mauvais combat, les franges les plus réactionnaires de la droite hystérisent dangereusement le débat public. Divisent un peu plus leur propre camp.

Et menacent de le conduire à sa perte. Dans la France de 2014, le "populisme chrétien" fantasmé par le maurrassien Patrick Buisson est voué à rester minoritaire, sinon marginal. L'UMP ferait mieux de se méfier des croassements de ses grenouilles de bénitier. Ce n'est pas en revenant au XIXe siècle qu'elle deviendra une force d'alternance crédible pour 2017.

Renaud Dély
nouvelobs.com