Plan d'action du gouvernement pour lutter contre les LGBTphobies en France : Rien de « concret » sinon insuffisant

Plan d'action du gouvernement pour lutter contre les LGBTphobies en France : Rien de « concret » sinon insuffisant

Ce mardi 30 octobre, les ministres de l’Intérieur Christophe Castaner et de la Justice Nicole Belloubet, ainsi que la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa ont présenté un « plan d’action » contre les violences LGBTphobes, en recrudescence ces dernières semaines.

« Il faut libérer la parole et il faut faire en sorte que les sanctions soient les plus systématiques possibles », a déclaré M. Castaner, en annonçant un « doublement » des effectifs pour la plateforme Pharos, qui permet de signaler en ligne les contenus et comportements illicites, avec également des « référents » dédiés dans les commissariats et groupements de gendarmerie, comme le prônait depuis des années Flag ! (association de soutien et de défense des agents LGBT des ministères de l’intérieur et de la justice).

Outre la possibilité de déposer plainte en ligne et développer les référés civils pour faire bloquer les sites diffusant des contenus haineux sur Internet, Nicole Belloubet a aussi évoqué la formation des magistrats et un projet de circulaire afin d'attirer l'attention ds parquets sur la politique pénale de lutte contre les discriminations.

Rien de vraiment « concret », estime néanmoins sur francetvinfo Arnaud Boisseau, porte-parole de STOP homophobie. « Aucun engagement ni calendrier » n'a d'ailleurs été avancé. Ce sont des « annonces » qui ont déjà été mises en places les années précédentes et ne s'adressent pas nécessairement à la lutte contre les LGBTphobies. Et si la préfecture de police recense une baisse des faits constatés, c'est sans doute que les plaintes, si elles sont enregistrées, ne sont pas non plus qualifiées comme LGBTphobes. Leurs Chiffres sont « biaisés », note Arnaud Boisseau.

« Au sein de STOP homophobie, nous avons recensé 840 agressions physiques en 2017. Nous en sommes à plus de 1200 en 2018, et l'année n'est pas finie. C'est déjà inquiétant qu'on parle de libération de la parole des victimes en 2018, mais ça montre bien, l'échec des politiques menées par le passé », ajoute le militant.

Maître Tewfik Bouzenoune, qui a notamment défendu un couple d’hommes, Jean et Laurent, agressé dans un supermarché de Rueil-Malmaison en mars dernier, ressent aussi dans sa pratique professionnelle cette hausse des actes et violences anti-LGBT, « et depuis déjà les débats autour de l'ouverture du mariage et de l'adoption pour tous », dit-il. « Ce sont des infractions que je croise très souvent, depuis l’institutionnalisation de la parole homophobe et des mouvements s'opposant encore aujourd'hui aux droits des homosexuels. On le voit dans le débat sur la PMA. Et si effectivement les statistiques de la police ne démontrent pas ces faits, c'est aussi que beaucoup ne sont pas dénoncés... »

L'avocat est revenu dans sa lancée sur les réactions du président de la République à cette recrudescence des agressions homophobes, appelant à la « tolérance » à l'égard des homosexuels. « Mais on ne parle des homosexuels comme de lactose ou gluten », regrette Me Bouzenoune. « Il ne s'agit pas de "tolérance". Le terme est hautain et laisse entendre qu'il faut l'accepter, qu'on le veuille ou pas. La lutte contre l'homophobie c'est des moyens. Nous avons aussi trois ministres qui se rendent chez SOS homophobie, et le lendemain, ce matin donc, dans la matinale de France Inter, Christophe Castaner nous parle de choix de l’orientation sexuelle. Il y a un problème de compréhension de ce qu'est l'homosexualité », insite-t-il. « Si l'on entend lutter contre ces violences, il faut aussi savoir de quoi on parle. Et au lieu d’annoncer seulement l'ouverture de pré-plaintes en ligne, il faut aussi de donner des moyens humains, former les policiers, les personnes chargées de prendre ces plaintes, de comprendre la réalité de ce qu'est l'homophobie aujourd'hui ».

« Ça prouve aussi qu'il y a un problème au sein des pouvoirs publics », commente Eric Fassin, professeur de sociologie de l’université Paris VIII. « L'homophobie n'est pas qu'un phénomène archaïque, une survivance du passé... Aujourd'hui, en 2018, beaucoup de gens s'étonnent que ce genre d'agressions puissent encore se produire. C'est en raison du contexte politique. Des gens sont prêts à taper pour "remettre de l'ordre", c’est-à-dire, "renvoyer les homosexuels dans le placard". Et la question politique ne se pose pas uniquement du côté du gouvernement, qui se place en aval et non pas en amont », poursuit le sociologue. L’exécutif explique « qu'il va pouvoir réprimer mais s'interroge peu sur les causes, qui sont précisément "à comprendre" dans tous ces discours, qui continuent de faire comme si l’homosexualité était un problème. En réalité, nous n'avons pas à expliquer l'homosexualité par un choix ou autre chose, parce que nous n'avons pas à expliquer ce qui n'est pas un problème. Il faut donc changer de perspectives. Et c'est ce qui se passe je crois avec tous ces gens qui témoignent à visage découvert, des agressions homophobes qu'ils ont subi. "Je suis homosexuel et voici le visage de l'homophobie". Montrer ces visages tuméfiés, c'est un geste politique très fort », martèle Eric Fassin. « Il y a des gens qui disent : "vous n'allez pas nous condamner à la honte au secret. Je vais malgré tout continuer de m'afficher et d'afficher l'homophobie, la haine qui s'abat sur des personnes, en raison de ce qu'elles sont, et peu importe toutes ces discussions sur les choix et autres balivernes ».

Tout aussi « incompréhensible » et « effarant », pour Arnaud Boisseau, qu'un ministre français puisse parler de « choix », à propos de l'homosexualité, après avoir consulté les associations sur cette question d'homophobie. « J'ai failli recracher mon café en l'écoutant à la radio. Nous sommes assez démunis finalement. Nous avons face à nous des gens qui disent vouloir nous aider, mais qui dans leur discours et termes employés et par les moyens qu'ils ne nous donnent pas, ne nous aident pas ! » Une feuille de route doit être proposée d'ici à la fin de l'année. En attendant, « ce sont les associations qui font tout le travail », et le nœud du problème, c'est que les dénonciations ou agressions sont quotidiennes.

Laissez un commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.