-->

Plainte de Ludovine de la Rochère en diffamation : relaxe confirmée en appel pour Act Up-Paris

Plainte de Ludovine de la Rochère en diffamation : relaxe confirmée en appel pour Act Up-Paris

Lors d'une action le 4 août 2013, des militants d'Act Up ont déversé de la peinture rouge et placardé des affiches avec le logo de la « Manif Pour Tous » barrée de la mention « homophobes » sur la façade de la fondation Jérôme-Lejeune, fief de Ludovine de la Rochère, après que des partisans du mouvement anti-mariage pour tous aient témoigné de leurs « accointances avec la Russie », en y réclamant notamment l’asile politique, au moment où ce pays réprimait les minorités sexuelles et de genre par l’institution de lois criminalisant la « propagande homosexuelle », rappelle l'association.

Une plainte a été déposée, puis déboutée le 12 janvier 2017 en première instance. Ludovine de la Rochère a toutefois interjeté appel mais ce 2 novembre (suite à l’audience du 7 septembre 2017) la Cour a confirmé le jugement.

« Cette décision s’inscrit dans la jurisprudence dégagée à la suite de la plainte de Frigide Barjot contre Jean-Pierre Michel, et nous en sommes soulagés », indique Act Up, soulignant néanmoins la nécessité d'une stricte vigilance.

« Comme des dépôts de plainte ultérieurs de la Manif pour tous pour injure publique visant d’autres collectifs, et notamment Act Up Sud Ouest, le montrent, les risques juridiques restent grands pour nos collectifs militants. Ils font peser des risques financiers non négligeables ».

La cour d’appel a d'ailleurs condamné, en novembre 2016, Laure Pora, ex-présidente de l'association, qui s'est pourvue en en cassation.

« Nous attendons la décision de la Cour courant 2018 », ajoute Act Up, déplorant que l’adjectif « homophobe » soit ainsi assimilé à une « injure ».

Pour nous, c'est une « caractérisation politique d’un propos qui méprise les gouines et les pédés, cautionne l’inégalité en droit avec les hétéros, alimente des discriminations et des violences, ainsi que les contaminations », insiste l'association, qui regrettait déjà « un détournement du sens des mots et leur usage ».

Comment faudrait-il en effet « désigner cELLEux dont les paroles et les actions s’opposent régulièrement à tout ce qui pourrait servir à l’émancipation des personnes LGBT ? »

Notre soutien est indispensable pour permettre à Act Up de continuer à mener ses actions sur tous les plans.