Meurtre d'Ihsane: "Le caractère homophobe est avéré"

Pour la Fédération wallonne des associations de gays et lesbiennes « Arc-en-Ciel Wallonie », le meurtre d’Ishane Jafri présente bien un caractère homophobe. Cette thèse est prise très au sérieux par les autorités judiciaires, mais elles ne l’ont pas encore confirmée.

« Le caractère homophobe de l’agression d’Ihsane Jafri est bien avéré selon nos informations« , a indiqué jeudi Vincent Bonhomme, coordinateur de projets au sein d’Arc-en-Ciel Wallonie, Fédération wallonne des associations de gays et de lesbiennes. « Le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme se constituera partie civile si le parquet confirme qu’il s’agit d’un crime homophobe« , a réagi son directeur-adjoint Edouard Delruelle.

 

« L’homophobie est sous-estimée »

Trois personnes ont été placées, mardi, sous mandat d’arrêt après la découverte dans la province de Liège du cadavre d’Ihsane Jafri, porté disparu depuis le 22 avril dernier. Celles-ci ont été placées sous mandat d’arrêt pour vol avec violence. « Arc-en-Ciel Wallonie présente ses condoléances à la famille et au compagnon d’Ihsane« , a indiqué Vincent Bonhomme. « Il s’agit du premier meurtre homophobe en Belgique, ce qui nous amène à penser que l’homophobie est sous-estimée par la population et les pouvoirs publics, qui doivent proposer un plan de lutte contre la discrimination« , a ajouté Vincent Bonhomme.

 

Les chiffres réels bien plus élevés que le nombre de plaintes

« Il ne s’agirait probablement pas du premier meurtre homophobe mais du premier qualifié comme tel. La police et les parquets sont obligés, depuis 2006, de noter officiellement dans la procédure de traitement de la plainte que le délit a été inspiré par l’homophobie, quand la victime le leur signale« , a nuancé Edouard Delruelle.

Les homosexuels, lesbiennes ou bisexuels représenteraient 5 à 10 % de la population belge, soit 500.000 à 1.000.000 hommes et femmes, selon le Centre. Celui-ci reçoit annuellement une trentaine de plaintes pour agressions homophobes mais les chiffres réels seraient bien plus élevés.