« L’homosexualité est un péché mais la vie des homosexuels demeure sacrée », selon le grand mufti d'Égypte

« L’homosexualité est un péché mais la vie des homosexuels demeure sacrée », selon le grand mufti d'Égypte

>> Egypt’s Grand Mufti: homosexuality is a sin, but gay lives are still sacred

Si la pratique de « l'homosexualité est un péché en Islam, les homosexuels ne sont pas pour autant des humains de "seconde-zone" », a estimé dans un entretien au journal allemand Süddeutsche Zeitung, le cheikh Chawqi Allam, grand mufti d'Égypte, la plus haute autorité musulmane sunnite après l’imam de la Grande mosquée d’al-Azhar basée au Caire.

Depuis son élection en février 2013, cet ancien professeur de loi islamique prône l'ouverture et le respect de la liberté humaine, la réconciliation avec le monde moderne et appelle à diffuser les « vrais enseignements » de l'Islam « pacifique et tolérant », en réponse aux extrémistes qui se nourrissent d’une interprétation erronée du Coran et de la Sunna pour en pervertir l'essence.

Le dignitaire condamne sans équivoque la fusillade d'Orlando, qui a fait 49 morts et 53 blessés le 12 juin dernier au Pulse, l'une des plus célèbres boites gay de Floride : « un acte qui ne trouve aucune justification ». « La vie est "sacro-sainte" et toutes les écoles de pensée de l'Islam devraient reconnaître et respecter le système juridique », affirme-t-il. « On ne manipule pas la loi. L'homosexualité n'est pas tolérée d’un point de vue religieux mais cela n'autorise personne à s'octroyer le droit de faire du mal aux autres », insiste encore le cheikh.

Et soulignant les positions du patriarche copte orthodoxe d’Alexandrie, Tawadros II, citant un verset biblique pour dénoncer un « acte contre nature », il a rappelé que l'Islam n'était pas la seule religion à condamner l'homosexualité dans sa pratique et incitation.

Les homosexuels ne sont donc pas des êtres humains de « seconde-zone », leur vie est sacrée, mais la pleine réalisation de leur amour, un « désordre moral répréhensible » ? Interpréter l'homosexualité en tant que « crime » relève de l'intégrisme et d'une lecture sournoise des écritures. L’Amour n'est-il pas Dieu ? Et l’Amour ne rend-il pas heureux ?

Terrence Katchadourian
stophomophobie.org

>> Egypt’s Grand Mufti has said while homosexuality is not accepted in Islam, gay people are not second-class humans.

Shawki Allam, who was appointed in 2013, in known to be moderate and renounces fanaticism in Islam.

In Sunni Islam, the Grand Mufti is the highest official of religious law and often cited as the most valuable source of information on how to practically apply Islamic law.

He offers fatwas – legal opinions and edicts – on Islamic law to private clients and also assists judges in deciding cases, although his recommendations are not binding fro criminal courts.

Speaking to German newspaper Süddeutsche Zeitung, he described openness and the cooperation with people of other faiths two pillars of moderate Islam – something Allam says extends to homosexuality.

Asked about the Orlando massacre, in which a gunman shot 49 people in a gay club, and how it is compatible with moderate Islam, the cleric said while homosexuality is a sin, it doesn’t make gay people fair game.

« Even if we see homosexuality as a religious sin, that doesn’t give anyone the right to injure someone else, » he said.

« Every person is equally sacrosanct. »

« What happened in Orlando is completely inacceptable. We cannot take the law into our own hands. »

Islam, in all its schools of thought, had to recognize and respect the legal system, Allam said, but pointed out it was not the only religion to condemn homosexuality.

The Coptic Orthodox Church of Alexandria’s pope, Tawadros II., quoted the Bible to denounce and outlaw homosexuality, the Mufti said.

« Yes, it’s not allowed, religiously, and not an accepted practice in correctly construed Islam,» he said.