-->

« Le monde selon les homophobes » : Un « documentaire psychanalytique » pour identifier les facteurs et origines

« Le monde selon les homophobes » : Un « documentaire psychanalytique » pour identifier les facteurs et origines

Dépeindre la réalité d'un « problème majeur de santé publique » en plongeant dans les esprits confus de ces personnes qui « détestent les homosexuels ». C’est le parti que prend le documentaire réalisé par Emanuelle Schick Garcia, alternant entretiens et séquences de caméra cachée, pour tenter d'initier une prise de conscience :

« L'homophobie n'est pas naturelle mais elle se soigne, notamment par la raison et l’argumentation. »

Comment se construit ce tabou, cette « fabrique de la honte » ? Quel est le rôle des religions dans ce processus ? Doit-on incriminer un manque d’éducation sexuelle, notamment à l’école ? Avec la perspicacité du Dr Gilligan, psychiatre et ancien directeur de la santé mentale pour le système pénitentiaire du Massachusetts, et d'autres sociologues et psychologues, la réalisatrice hispano-canadienne a ainsi recueilli les témoignages de toute « une variété de sympathisants homophobes », criminels, politiciens et chefs religieux, à travers de nombreux pays, exposant les facteurs et troubles associés, comme d'ailleurs la vulnérabilité des sujets interviewés aux pathologies psychiatriques.

Paysage familial, contexte social, parcours de vie ou conditions de travail... Il s'agit de prendre le temps de les écouter pour identifier et déconstruire les comportements et préjugés, en confrontant les sujets à leurs propres nuisances autodestructrices...

Participons à la réussite du projet :

« Je ne sais pas si les homophobes qui auront vu mon film seront prêt(e)s à reconsidérer leur position mais ce dont j’ai la certitude, c’est que tant que je n’ai pas fait le film, on ne pourra jamais le savoir», indique la cinéaste dans un communiqué de presse. Sans soutien et contribution, aucune initiative ne serait viable.

À cet effet, une campagne de financement participatif a été lancée sur indiegogo : la plus importante campagne contre l'homophobie jamais amorcée, explique la réalisatrice qui renonce à ses rémunérations de droits d'auteur pour pouvoir mettre le film gratuitement en ligne : « Si nous atteignons notre objectif financier, nous serons en mesure de partager les premières versions du film courant 2016. Et comme il sera également disponible dans plus de 79 langues et dialectes, tout le monde pourra le visionner, jusque dans les pays et territoires où l'homosexualité est un crime » :

Arabe algérien, berbère, bantu, le kirundi, fulfulde, ewondo, comorienne, oromo, Akan, le swahili, le yoruba, wolof, krio, somalien, swazi, Zulu, tsonga, afrikaans, darija, Shona, Ndebele, dari, pachtou, bengali, le dzongkha, malais, hindi, persan, kurde, maldicvian, birman, l'ourdou, palestian arabe, l'arabe littéraire, créole haïtien, le créole guyanais, arawak, créole caraïbes, raotongan, mauri, nauran, tok pisin, samoan, pidgin, tonga, tuvalu, bangala, cokwe, fiote, le setswana, l'arabe égyptien, tigre, tigrinya, l'amharique, bandi, bassa, darija arabe, shilha, le soninké, tamoul, singlish, télougou, le marathi, nyanja, chichewa, cham, cinghalais, hejazi arabe, najdi arabe, barequi arabe, koweïtien arabe, golfe arabe, gilaki, mazandarani, luri, turc, turkmène, le punjabi, le pachtou.

« Mais si nous ne parvenons pas à réunir la somme nécessaire, tout le monde sera remboursé et le film devra rester dans le placard pour le moment... Je tiens donc à vous remercier pour votre soutient et engagement. Je suis très reconnaissante. En tout cas, je ne baisse pas les bras, et on cherchera des solutions si la campagne n'arrive pas à son but. ».

En 2012, Emanuelle Schick Garcia s’était illustrée en adressant à Christine Boutin une lettre ouverte en deux volets, estomaquée par la virulence des opposants à la loi Taubira, et dénoncer les déclarations publiques de l'ancienne présidente du Parti Chrétien-Démocrate : « Je trouve votre position égoïste, puisque votre propre mariage, qui est illégal dans plus de vingt Etats aux Etats‐Unis, bénéficie de la protection, de la reconnaissance et de l'acceptation de l'Etat français, ceux‐là même que vous ne souhaitez pas partager avec les homosexuels (...) De nombreux enfants ont besoin de votre aide -dans la lutte contre la maltraitance, l'abandon, l'exploitation et la pauvreté- mais ces enfants-là ne se trouvent pas dans les foyers de parents aimants, bienveillants et heureux, qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels (...) Je n'ai jamais fait obstacle à votre bonheur, à votre droit au mariage ou à votre droit de fonder une famille dans l'amour, la dignité et la compassion. Je vous demande donc, à vous, Christine Boutin, et à ceux qui partagent vos opinions de façon si véhémente, de bien vouloir arrêter de faire obstacle au mien. »

Terrence Katchadourian
stophomophobie.com