L’Amicale des Jeunes du Refuge poursuivie pour avoir dénoncé un compte « antisémite et homophobe » d'importance

L’Amicale des Jeunes du Refuge poursuivie pour avoir dénoncé un compte « antisémite et homophobe » d'importance

Il profère des insultes homophobes et menaces de mort sur twitter mais s'étonne d'une suspension de son compte. M. Debit Yanis, alias « Chasseur de raies », qui vient de citer, ce 17 mai, l’Amicale des Jeunes du Refuge à comparaître devant le TGI de Versailles le 18 juin prochain pour « diffamation publique ».

Le 1er août 2015, ce « plaignant » a partagé un message : « Donnez moi 1 AK47 avec 2 chargeurs, les Chefs de Daesh et les One Direction dans la même sale, je vide les 2 chargeurs sur les gays, m'en fous. »

Fusiller des gars parce qu'ils sont gays ?! Commentaire qui n'a pas manqué d'alerter les internautes, notamment L'Amicale des Jeunes du Refuge, qui s'inquiétant de l'écho de tels propos sur twitter, les a également signalés. Le compte de M. Yanis a finalement été suspendu. Il cumulait environ 116,000 abonnés, gargarisés d'homophobie. « Bande de pd », « gros nazi gays... »

« La maturité et le bon sens voudraient que M. Debit Yanis assume ses propos et la portée qu’ils ont. Mais il n’en est rien », regrette Mehdi Aifa, Président de l’Amicale.

Il réclame au contraire 40,000€ à l'association, pour préjudice moral « insurmontable », préjudice matériel et frais de procédure, estimant que ses propos n'avaient rien d'homophobes. Ce n'était qu'une blague, reprenant des codes, en modifiant des personnages issus d’une série télé américain, « The Office », fortement partagée par ses followers, mais aussi un groupe de jeunes chanteurs pop (One Direction).

« Il a enfreint les règles d’utilisation du réseau social, en matière de conduites haineuses. Il s'est pourtant engagé à les respecter. Internet n’est pas une zone de non-droit. Il serait temps que tous, en prennent conscience », insiste le Président de l’Amicale, qui sera défendue par le Cabinet Deshoulières, notre conseil.

M. Debit Yanis semble oublier qu'il est seul responsable de ce qu'il partage. La suspension de son compte twitter, sur lequel il a axé toute sa communication, choix marketing risqué, découle donc uniquement de son attitude.