Bigoterie et abstention : le Parlement indien rejette à nouveau un projet de dépénalisation de l’homosexualité

>> India rejects bill to decriminalise gay sex… again

Nouveau revers pour les partisans de la liberté en Inde, où le Parlement vient encore de rejeter ce 11 mars une proposition de loi visant à dépénaliser les relations sexuelles entre personnes du même sexe.

Comme en décembre dernier, cette initiative pour modifier la « Section 377 » du code pénal, n'a recueilli qu'une très faible participation des députés, qui ont réitéré leur position en votant par 58 voix contre 14.

« Quand la bigoterie et l'homophobie du gouvernement font face à l'indifférence préjudiciable de l'opposition », a dénoncé sur les réseaux Shashi Tharoor, député du parti du Congrès et ancien diplomate de haut rang à l'ONU.

Initiateur du projet, il fustige l'abstention de ses propres collaborateurs, dont il avait pourtant obtenu le soutien, et déplore que le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre conservateur, Narendra Modi, renie les valeurs de tolérance « historiques et culturelles de l'Inde » au profit d'une législation « archaïque, rédigée par les Britanniques, qui n'a pas sa place dans les sociétés modernes du XXIe siècle ».

Abrogée en 2009 par la Haute cour de Delhi pour violation des droits fondamentaux de la personne, la Cour suprême indienne rétablissait l'interdiction des relations entre adultes consentants du même sexe en 2013, jugeant que la responsabilité de changer la loi incombait au Parlement et non à la justice. Mais au début du mois de février, suscitant espoir et soulagement, elle a finalement accepté une « requête en réparation », introduite par un collectif d’organisations LGBT, pour « rouvrir le dossier » et réétudier la loi qui prévoit de lourdes peines d'emprisonnement.

Terrence Katchadourian
stophomophobie.org

>> However, the cause has failed to pick up steam in Parliament, and activists suffered a defeat just before Christmas when a bill to repeal the law was overwhelmingly voted down, by 71 votes to 24.

After a lobbying campaign, today Congressman Shashi Tharoor took the bill to Parliament again – but his proposal was gathered even less support than previously.

Tharoor’s push to discuss the private members bill was defeated by a vote of 58 to 14, with one abstaining.

At present, the country’s penal code makes gay sex punishable with up to 10 years in jail. Members of Prime Minister Narendra Modi’s Bharatiya Janata Party (BJP) opposed reform on the issue, despite local and international pressure.

Tharoor previously resolved to keep tacking the issue, writing:”It is time to bring the Indian Penal Code into the 21st century”.

“Section 377 of the Indian Penal Code was enacted in 1860, and criminalises ‘carnal intercourse against the order of nature’ – a term so archaic that it would invite derision in most modern societies,” he wrote.

Indian society sees homosexuality as taboo, and same-sex relationships are widely regarded as illegitimate.

Indian culture&history reveal no intolerance of sexual difference or orientation &embrace the ardhanarishwara. BJP prefers Brit colonial law. So bigotry &homophobia on the BJP side met indifference&prejudice on the Opposition's. Will have to leave it to the SupremeCourt to resolve.

Les commentaires sont fermés.