Vers une reconnaissance des couples homosexuels au Japon

Vers une reconnaissance des couples homosexuels au Japon

>> In Japan first, Tokyo district recognizes same-sex partnerships

Un arrondissement de Tokyo a voté mardi une résolution l'autorisant à délivrer un certificat d'union aux couples homosexuels, un projet inédit de reconnaissance symbolique dans l'archipel où la constitution interdit les mariages entre personnes du même sexe.

Les autorités du quartier de Shibuya, connu comme étant le siège de nombreuses jeunes entreprises, d'ambassades et de lieux branchés (commerces, bars, restaurants, lieux festifs), espèrent émettre les premières attestations dès cet été.

De nombreux militants avaient fait le déplacement pour assister à ce moment historique. "Je suis heureuse", a confié Koyuki Higashi, ancienne actrice de la Revue Takarazuka, une célèbre compagnie théâtrale exclusivement constituée de femmes. "J'espère que ce mouvement va s'étendre à travers le Japon et que le débat sur le sujet va s'accélérer", souligne la jeune femme qui va déposer une demande de certificat pour officialiser sa relation avec sa compagne, Hiroko Masuhara, après une cérémonie informelle de mariage en 2013 à Disneyland.

Promouvoir la diversité et l'égalité, tel est l'objectif de cette initiative, bien que dépourvue de valeur légale. La municipalité souhaite notamment encourager les hôpitaux et agences immobilières à traiter sur un pied d'égalité couples hétéro ou homo. Au Japon, les personnes homosexuelles ont en effet souvent des difficultés pour louer un appartement. Il arrive aussi qu'elles se voient refuser la visite d'un(e) partenaire hospitalisé(e) faute de pouvoir prouver un lien officiel.

La décision a été approuvée par la majorité des membres du conseil municipal, à l'exception de ceux appartenant au Parti Libéral-Démocrate (PLD, droite) du Premier ministre Shinzo Abe. Des voix critiques se sont élevées par ailleurs dans la société civile, certaines organisations redoutant que l'instauration d'un tel cadre "accentue encore le faible taux de natalité du Japon".

Shibuya, quartier central de Tokyo connu pour son gigantesque carrefour, l'un des plus fréquentés au monde, compte quelque 217.000 habitants, dont près de 10.000 étrangers. D'autres autorités, comme l'arrondissement voisin de Setagaya ou encore la ville de Yokohama, en banlieue de Tokyo, ont également émis le souhait de reconnaître les couples homosexuels.

Pour le moment, ceux qui veulent obtenir une reconnaissance officielle de lien ont parfois recours à l'adoption de l'un par l'autre, un schéma qui n'est satisfaisant pour personne mais qui, contrairement au mariage homosexuel, n'est pas anticonstitutionnel. La loi fondamentale nippone précise en effet que le mariage n'a de légitimité que s'il résulte du consentement mutuel entre personnes de sexes opposés.

>> A district assembly in Tokyo became the first in Japan on Tuesday to recognize same-sex partnerships, a major step forward for gay couples in a country where being openly gay remains taboo.

The vote by Tokyo's Shibuya ward may seem insignificant compared to the United States, where gay marriage is legal in all but 13 states, but just proposing the statute set off an unprecedented discussion over equality, and is likely to pave the way for similar measures elsewhere in Japan.

The lesbian, gay, bisexual and transgender (LGBT) community has been all but invisible in Japan, and legally binding civil unions are still a distant dream, with same-sex partners often unable to rent apartments.

Cheers arose from a crowd gathered outside the Shibuya city hall after the measure passed by a hefty majority, and activists held up a rainbow banner saying "Thank you Shibuya."

"It's not that we want to achieve something big, all we want is to be able to live with the people we love," said transgender activist Fumino Sugiyama.

Under the new statute, which takes effect on April 1, Shibuya - one of Tokyo's 23 wards and home to a trendy youth district as well as many embassies - will issue paperwork recognizing same-sex partnerships, based on a number of conditions. This recognition should allow couples to rent apartments and visit each other in hospital.

Debate flared on social media as soon as the bill was proposed, with younger people generally in favor. Asked about it in parliament, Prime Minister Shinzo Abe said they needed to be "very careful" when considering whether or not to make changes in the constitution to recognize same-sex marriage.

Some within the LGBT community have also been wary of the statute, saying that it was being used politically to burnish Tokyo's image overseas, but most hailed it. Two other Tokyo wards and the city of Yokohama are considering similar steps.

"I think for gay people, this is really a step forward," said Bob Tobin, a Tokyo resident and author whose U.S. marriage to his Japanese partner lacks legal standing in Japan.

"Hopefully all of Japan will take notice and ... I hope that other prefectures and cities follow suit."