Quand Tom Luchsinger, Champion américain de natation et espoir Olympique, fait son coming out : Un long processus vers l'acceptation

Quand Tom Luchsinger, Champion américain de natation et espoir Olympique, fait son coming out : Un long processus vers l'acceptation

>> US swimming champ Tom Luchsinger overcomes self loathing to come out as gay : Has rid himself of voice inside saying: 'You're a fag. You're a queen. You're undeserving of love'

Lutter en permanence contre soi pour éviter d'être “démasqué” : “J'étais devenu le roi de la double vie," déclare le jeune homme de 23 ans ce lundi dans les colonnes de la revue “Outsports”.

“Cacher mon homosexualité était devenu une obsession... Je me réveillais en pleine nuit avec cette voix intérieure qui criait que j'étais un incapable, un pédé, une pauvre folle qui ne méritait pas l'amour. J'avais honte d'être homosexuel... et ce dégoût se répercutait de plus en plus dans mon quotidien... dans mes épreuves sportives.”

Quand-Tom-Luchsinger,-Champion-américain-de-natation-et-espoir-Olympique,-fait-son-coming-out---Un-long-processus-vers-l'acceptationEn remportant la médaille d'or du 200 mètres “papillon”, sa spécialité, aux Championnats du monde de natation de Barcelone, en 2013, l'athlète est tout d'un coup projeté sur le devant de la scène et devient l'objet de toutes les attentions : Un espoir pour défendre son pays aux prochains J.O. de Rio. Et puis, il a des fans et recherche justement des sponsors. Mais pour quelqu'un qui cherche à “dissimuler” son homosexualité, cette nouvelle notoriété ne fait qu'exacerber ses inquiétudes : “Avant de partager quelque chose sur Twitter, Instagram ou Facebook, je me relisais plus d'une dizaine, une quinzaine, une vingtaine de fois, pour m'assurer que personne ne puisse en déduire quoi que ce soit à propos de ma sexualité. A chaque fois que j'étais interviewé, je revérifiais scrupuleusement les bandes, encore et encore pour être certain que je fasse bien viril, suffisamment masculin. Devant les médias, les entraîneurs, mes parents ou mes coéquipiers, je paraissais toujours confiant...” un vrai battant, “mais derrière des portes... closes, c'était tout à fait le contraire. Mon corps voulait se libérer, je ne pouvais plus en supporter davantage.”

Alors, pour éponger ses démons, Tom Luchsinger anticipe l'élan auprès de ses proches : “J'avais peur de perdre les personnes que j'aime en leur dévoilant la vérité... Quoi de plus angoissant ? Mais il fallait le faire,” même si la perspective de se dévoiler lui génère à ce point d'inquiétudes, qu'il finit par développer une forme grave d'acné, des lésions douloureuses sur les lèvres... “les hormones qui induisent le stress avaient triplé dans mon sang. Et, au repos, ma fréquence cardiaque avait doublé par rapport à mes examens précédents. J'aurais tellement voulu le leur annoncer en face mais il semblait bien que mon corps en avait décidé autrement. Je les ai finalement appelés au téléphone lors d'un de mes déplacements, depuis l'autre moitié du continent... tremblant et en larmes. Et j'ai dit à ma mère : Je suis gay et j'ai peur ! Elle m'a simplement demandé : Dis-moi... es-tu encore cette même personne que nous avons accueillie dans notre foyer et élevée ces quelques 23 dernières années? Je lui ai répondu que oui, évidemment. Et elle a ajouté : Alors, qui se soucie de ta sexualité. On s'en fiche.”

Regain libérateur, remonté à vif, Tom Luchsinger enchaîne ensuite ses révélations pour finir par en parler publiquement. Les réactions depuis la publication de son témoignage sont d'ailleurs aussi libératrices que constructives pour le champion qui a remercié ce lundi sur Twitter tous les internautes pour leurs messages et mots de soutien : “Vous m'avez couvert d'amour que je vous renvoie en retour!”

“Pendant toutes ces années, ma sexualité était cette caractéristique dont j'avais le plus honte. C'est désormais celle dont je suis le plus fier.” Un long processus que l'acceptation, mais... “je me suis trouvé et j'ai réussi à surmonter la peur d'être rejeté par celles et ceux que j'aime le plus au monde.”

Terrence Katchadourian
@stop_homophobie

>> When Tom Luchsinger won the 200m Butterly at the US National Championships in June of 2013, the pressure of being a closeted gay man multiplied.

All of a sudden he was projected to make the 2016 Olympic Team and was getting attention from fans, had a sponsor, and felt a new responsibility to keep the swimming community updated on the majority of his life.

It was a life that was dominated by something other than swimming: a fear of being outed.

'Whenever I posted anything on Twitter, Instagram or Facebook, I would read it over 10, 15, 20 times to make sure no one could infer anything about my sexuality,' he writes in a first-person column he wrote for Outsports.

'Whenever I was interviewed I would watch the online clips over and over again to make sure I seemed masculine. I seemed fully confident in front of the media, coaches, parents and teammates but completely inadequate, worthless and insecure behind closed doors.

'I was the King of the Double Life.'

On Monday (15 December), Luchsinger said goodbye to that double life by coming out publicly - on his own terms - in the Outsports column.

He shares how he often had trouble sleeping with an aggressive internal dialogue telling him: 'You're a fag. You're a queen. You're undeserving of love. You're never going to amount to anything.'

Overwehelming Anxiety

His anxiety had reached an alarming level that the stress hormones in his blood were triple the concentrations from his previous readings. His resting heart rate was double what it usually was.

'My body was beginning to demand a release,' he writes. 'I couldn't take it much longer.'

After failing to defend his national title - he finished seventh - Luchsinger knew he couldn't lead his double life any longer.

In August, he began coming out to his family and friends but the prospect of telling his parents was so stressful that his clear complexion broke out in acne and he developed a major cold sore on his bottom lip.

'I originally wanted to tell my parents face to face, but it was clear that my body wouldn't allow that to happen,' he writes. 'I called my parents from half a continent away and, like any self-respecting national champion talking with his mom and dad, immediately began to cry.

'"I'm gay. And I'm scared."'

When his parents asked: 'Are you the same man we raised for the past 23 years?' and Luchsinger said, 'Yes,' they said, 'Then, who cares?'

Finding Acceptance

Next up was teammates then the world.

The reaction from his Outsports column has been so positive that the swimmer took to Twitter on Monday and stated: 'Overwhelmed with love and support! Thank you everyone for your kind words! Sending lots of love back!'

The coming out process has taught him a lot about himself and helped him overcome his self-loathing.

'For years, my sexuality was the quality I was most ashamed of about myself,' he writes. 'But now it seems that being gay is one of the characteristics I'm most proud of. I have accomplishments linked to my name that most heterosexual men will never have. I've overcome the fear of being rejected from the people I love the most.'