Quand #lamanifpourtous lâche des poules devant le domicile parisien de François Hollande.

Quand #lamanifpourtous lâche des poules devant le domicile parisien de François Hollande.

Objectif : demander au président de clarifier le statut de sa compagne Valérie Trierweiler. C'était le 13 juillet.

Le 14, sifflets, lâcher de ballons et drapeaux au passage de François Hollande. Avant le défilé, entre 9 et 10 h, au niveau du Grand Palais, une quinzaine de manifestants arborant des drapeaux ou des bracelets roses de la Manif pour tous sont interpellés pour des contrôles d'identité. "Quoi, on n'a pas le droit de ne pas être d'accord ? On n'est pas obligé d'applaudir", rétorque à des personnes favorables au mariage homosexuel une opposante à la loi Taubira.

Suivant l'appel du Printemps français, plusieurs personnes portant les sweat-shirts de la Manif pour tous ont fait le déplacement. Selon plusieurs témoins, six personnes placées derrière une barrière déploient une banderole sur laquelle sont dessinés un homme, une femme et des enfants se tenant la main, imitant le logo de la Manif pour Tous. Sur Twitter, le compte @nelachonsrien publie la photo du lâcher dans le ciel d'une banderole "Printemps français", portée par des ballons noirs, en signe de "résistance".

Le président a de nouveau essuyé quelques sifflets à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), selon un journaliste présent sur place. Là encore, il s'agissait d'opposants au mariage des homosexuels, venus perturber un bain de foule.
François Hollande n'a pas manifesté de réaction.

Aucun élu UMP ne se prononcera sur cette forme de "racaillerie", à part bien évidemment le député Pierre Lellouche pour se féliciter sur Twitter des huées et des sifflets au passage de François Hollande.

Invitée sur BFMTV, la ministre de la Justice, qui a porté le texte de loi sur le mariage pour tous, se dit quant à elle "extrêmement surprise de cet espèce d'incivisme". La loi, "elle est là, elle est votée, elle est appliquée déjà. C'est un incivisme qui se complaît sur lui-même, qui se vautre dans la satisfaction de sa propre contemplation, qui s'enlise dans une protestation dont peut-être lui seul connaît l'issue", juge Christiane Taubira.

Et d'ajouter : "Manifestement tout le monde n'accepte pas les valeurs de la République, manifestement tout le monde n'accepte pas la discipline d'un Etat de droit" mais "l'Etat de droit est plus fort".

«Ce n’est pas quelques grincheux qui gâcheront cette belle fête nationale», a estimé pour sa part le ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes étaient indignées par l’action: «Seuls les drapeaux français devraient flotter! Pas ceux de la ‪#‎manifpourtous‬! Quelle honte!!!» ou «Les huées et les sifflets des militants de la #manifpourtous lors du défilé du 14 juillet démontrent l’agonie de ce mouvement».

Malgré le vote de la loi et les premiers mariages, les plus virulents des anti-mariage homo continuent leurs actions en ciblant des événements médiatiques. Parmi eux, une vingtaine d’Hommen se sont également manifestés dimanche après-midi en organisant en plein Paris une parodie de défilé avec un faux Hollande marchant bras dessus bras dessous avec Hitler et Staline, suivis par des hommes menottés et torses nus portant l’inscription «Hollande dictateur».

Par ailleurs, depuis le début du Tour de France, les anti s’affichent sur les routes de la course avec drapeaux et banderoles pour rappeler leur opposition à la loi, mais aussi à la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA).

«Loi Taubira, PMA, GPA, gender, c’est non! Le Vaucluse ne lâchera jamais, jamais, jamais», pouvait-on lire dimanche au passage des cyclistes.