-->

Les Nations-Unies exhortent la Russie et la Moldavie à abroger les lois anti-homosexuelles

Les Nations-Unies exhortent la Russie et la Moldavie à abroger les lois anti-homosexuelles

Le conseil des droits de l'Homme des Nations Unies s'est finalement prononcé pour condamner les lois russes interdisant la "propagande homosexuelle", et demande à la Russie, ainsi qu'à la Moldavie, de les abroger.
La même requête a été signifiée à tous les autres pays qui seraient tentés d'adopter une législation identique, comme c'est actuellement le cas pour l'Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a en effet signé le 29 juin dernier, comme on le sait, une loi interdisant la « propagande des relations sexuelles non traditionnelles » auprès des mineurs, ainsi que des amendements au Code pénal introduisant des condamnations pour « injure aux sentiments religieux ».
Cette décision a été largement critiquée dans le cadre d'une répression plus large sur la communauté gay de Russie, sans oublier l'interdiction pour les couples de même sexe étrangers d'adopter des enfants russes, alors que les orphelinats en regorgent.

Ces mesures sont discriminatoires, dans l'intention et dans les conséquences, et constituent une base de légalisation du harcèlement permanent et régulier, de la détention arbitraire, et contribuent à créer un climat de peur pour tous ceux qui travaillent à faire avancer les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres», a déclaré Claude Cahn, conseiller aux Nations-Unies.
La déclaration complète insiste également sur la nécessité de travailler à la sensibilisation aux maladies sexuellement transmissibles, dont le VIH, pour lutter justement contre l'homophobie et non l'inciter.

Le conseil des droits de l'Homme des Nations Unies s'est finalement prononcé pour condamner les lois russes interdisant la "propagande homosexuelle", et demande à la Russie, ainsi qu'à la Moldavie, de les abroger.
La même requête a été signifiée à tous les autres pays qui seraient tentés d'adopter une législation identique, comme c'est actuellement le cas pour l'Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a en effet signé le 29 juin dernier, comme on le sait, une loi interdisant la « propagande des relations sexuelles non traditionnelles » auprès des mineurs, ainsi que des amendements au Code pénal introduisant des condamnations pour « injure aux sentiments religieux ».
Cette décision a été largement critiquée dans le cadre d'une répression plus large sur la communauté gay de Russie, sans oublier l'interdiction pour les couples de même sexe étrangers d'adopter des enfants russes, alors que les orphelinats en regorgent.

Ces mesures sont discriminatoires, dans l'intention et dans les conséquences, et constituent une base de légalisation du harcèlement permanent et régulier, de la détention arbitraire, et contribuent à créer un climat de peur pour tous ceux qui travaillent à faire avancer les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres», a déclaré Claude Cahn, conseiller aux Nations-Unies.
La déclaration complète insiste également sur la nécessité de travailler à la sensibilisation aux maladies sexuellement transmissibles, dont le VIH, pour lutter justement contre l'homophobie et non l'inciter.

Aidez nous à dénoncez les conséquences des lois contre la « propagande » gay en Russie. Nos réactions dans le monde commence à affecter le régime politique de Monsieur Poutine.

http://www.change.org/fr/pétitions/partenaires-et-fournisseurs-des-j-o-de-sotchi-dénoncez-les-conséquences-des-lois-contre-la-propagande-gay-en-russie

Plus le nombre de noms recueillis sera élevé, plus la probabilité d’une action contre les lois homophobes russes, de la part du Comité international Olympique grandira, c’est pourquoi il est important de signer et de faire circuler les pétitions sans modération.

Terry G.