Hommage à Jacques Kotnik, assassiné le 25 juillet 2012 en raison de son homosexualité

Hommage à Jacques Kotnik, assassiné le 25 juillet 2012 en raison de son homosexualité

Je m’appelle Éloïse, et avec mon papa nous tenons aujourd’hui à rendre hommage à mon oncle, qui a été victime d’une agression particulièrement violente, exclusivement motivée – aux dires de l’agresseur présumé – par la volonté de tuer “un PD”. Il a été assassiné à coups de marteau dans le parc D’avroy à Liège il y a 3 ans.

Son agresseur à pris 25 ans de prison, mais rien ne nous rendra notre frère/oncle.
Et oui, l’homophobie tue ! Mais pas seulement les personnes homosexuelles. Elle tue également les familles.

Alors en ce jour difficile, nous souhaitions faire “revivre” mon oncle à travers ces quelques lignes : “Sache que nous ne t’oublierons jamais et qu’on se battra jusqu’au bout contre la haine ! Tu nous manque tellement. On t’aime!

Éloïse et Richard

Hommage-à-Jacques-KotnikAu cours de son procès, l’accusé n’avait pas souhaité se défendre des faits commis, ni même souhaité y assister. Il grognait. Il aura même tenter de réduire le rôle de ses avocats au silence. Ils n’ont ainsi pas plaidé le fond du dossier mais avancé des circonstances atténuantes afin de tenter de lui faire bénéficier d’une peine moins lourde. A l’issue d’une ultime délibération du jury, Raphaël Wargnies a été condamné en mars 2014 à une peine de 25 ans de prison.

C’est la première fois que cette circonstance aggravante d’homophobie était examinée par une Cour d’assises en Belgique.

Raphaël Wargnies avait tué Jacques Kotnik (61 ans) de six coups de marteau, affirmant qu’il s’était vengé des homosexuels en agressant l’un d’eux après l’avoir choisi au hasard. Raphaël Wargnies était le premier accusé à répondre des faits assortis de la circonstance aggravante d’homophobie devant une Cour d’assises.

Pour la famille, “la justice n’a pas été rendue. Il en a pris pour 25 ans sous prétexte qu’ils espèrent qu’il se repente. Mais, d’ici 5 à 6 ans il peut demander a être libéré.”

Tout notre soutien aux proches.
STOP HOMOPHOBIE​