Engagé dans la lutte contre l'homophobie, Hozier dénonce « l’hypocrisie de l’Église catholique »

Engagé dans la lutte contre l'homophobie, Hozier dénonce « l’hypocrisie de l’Église catholique »

Personne n’a oublié le fameux « Take Me To Chuch », dans lequel l’artiste Irlandais dénonçait les violences perpétrées notamment à l’encontre des homosexuels en Russie.

Très impliqué en faveur de l’égalité des droits, Hozier n’a jamais manqué d’exprimer son soutien en faveur de la communauté LGBT et l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, comme en mai dernier, lors du référendum irlandais proposant d’amender la constitution.

[spacer]

[spacer]

Lundi dernier, interviewé par Kelly Osbourne dans l’émission du ‘Larry King Now’, Hozier a rappelé que s’il avait écrit ‘Take Me To Church’, c’était bien pour dénoncer l’hypocrisie de l’Eglise catholique, qui contribue à la discrimination des minorités :

« C’est l’un des paradoxes… Le Pape répète qu’il n’a pas a jugé d l’orientation sexuelle des personnes, mais je pense qu’il est important de différencier les ‘paroles’ à une volonté de changer concrètement les choses. C’est encourageant, mais c’est un message décalé, qui aurait dû être souligné il y a… 100 ans ?! » Et d’ajouter : « L’Eglise catholique a également implanté l’inégalité des sexes, une politique dangereuse au sujet de la contraception. Et, dans ce cas précis justement, elle renvoie encore une aversion irrationnelle envers l’homosexualité. L’église fournit une excuse pour l’homophobie ».

[spacer]

[spacer]

Joelle Berthout
StopHomophobie

[spacer]

>> The Wicklow singer-songwriter was appearing on the Larry King Now show, during which guest host Kelly Osbourne talked to him at length about how his song Take Me to the Church had become a global phenomenon and the message he was trying to convey through his music. 

Osbourne then raised Pope Francis’ recent visit to the US and the fact that he is against gay marriage. 

« He said, ‘It’s ok to be gay, but you can’t get married’, » said Osbourne.  

Hozier claimed that the Pope’s stance was « one of the kind of odd kind of paradoxes and weird kind of hypocrisies of that organisation ». 

« He came out last year [2013] and said, ‘Who am I to judge?’ with regards to somebody’s sexual orientation, » said Hozier. « But I think it’s important to differentiate between lip service towards something and actually making change. » 

Hozier said that while he considered the Pope’s comments to be « hopeful », saying ‘Who am I to judge?’ in 2015 was something that should have been said a hundred years ago. 

« It’s something that should never be said at all, really, is what I should say, » he continued. 

« I think when actual doctrine change and policy changes… but it’s still undeniably an organisation that has institutionalised an aversion to homosexuality, and an irrational one, too. » 

Hozier also hit out at the Church for what he described as « institutionalised gender inequality » and its stance on contraception.

« In this case it still harbours an irrational aversion to homosexuality, which in my view – and I think that’s why I was kind of driven to write Take Me to Church… – I think that kind of provides a justification for homophobia, however passive or however latent or under the surface. »