« Crise de haine » aux États-Unis avec 52 personnes LGBTQ assassinées en 2017, selon le NCAVP

« Crise de haine » aux États-Unis avec 52 personnes LGBTQ assassinées en 2017, selon le NCAVP

>> Record LGBT Hate Violence in 2017

Jamais la situation n'aura été aussi grave et dangereuse, depuis ces vingt dernières années, « nos communautés vivent dans un climat de plus en plus hostile », s'est alarmée dans un communiqué Beverly Tillery, responsable du New York City Gay and Lesbian Anti-Violence Project (AVP), qui vient de publier, ce 22 janvier, son dernier bulletin, avec ses partenaires et organisations affiliées.

52 meurtres motivés par la haine anti-LGBTQ cette année. Plus 86% par rapport à 2016, soit environ une victime par semaine, pour près de 60% par armes à feu. 34 connaissaient leur agresseur, trois ont été tuées par des policiers.

« C'est un appel au réveil ! Ce sont nos amis, notre famille », insiste Beverly Tillery. 71% étaient des personnes de couleur, dont 22 femmes trans. Elles sont devenues les cibles les plus récurrentes depuis 2013. « Latinos, noires, asiatiques blanches ou amérindienne », 27 auront été assassinées en 2017.

Les homicides de gays et bisexuels sont également en augmentation. 20 cas recensés contre 4 en 2016. Âgés de 35 ans et moins, la plupart de ces hommes fréquentaient des sites de rencontres.

« L'escalade est nationale », mais plus de la moitié des crimes ont eu lieu en Floride, Géorgie, dans l'État de New York aussi, Louisiane et Texas. Rien de nouveau si ce n'est que tout s'aggrave.

Le NCAVP (Coalition nationale des programmes de lutte contre la violence) espère ainsi que cette information « encouragera les gens à rejeter les préjugés anti-LGBTQ et résister aux politiques et rhétoriques haineuses mises en avant par l'administration Trump et ses législateurs ».

« Nous devons apporter plus d'attention, prévoir de nouvelles actions pour faire face à cette épidémie de violence, en œuvrant dans tous les domaines, de façon à protéger les plus vulnérables », ajoute le groupe dans son rapport, exhortant la population à se mobiliser, réagir et notamment « alerter leurs représentants ».

Valentine Monceau
stophomophobie.com