Arabie Saoudite : 450 coups de fouet et trois ans de prison pour avoir partagé des tweets jugés "gay"

Arabie Saoudite : 450 coups de fouet et trois ans de prison pour avoir partagé des tweets jugés "gay"

>> Saudi Man Gets 450 Lashes and 3 Years Jail after Posting ‘Gay Tweets’

Un homosexuel saoudien originaire de Manama, vient d’être condamné à recevoir 450 coups de fouet, échelonner en une quinzaine de cessions publiques, assortis de trois ans d’emprisonnement pour avoir simplement partagé des messages sur twitter, dans l’espoir de rencontrer l’amour.

Selon la presse locale, la « Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice » aurait utilisé un agent infiltré pour appréhender le jeune homme de 24 ans, qui avait également posté depuis son téléphone portable des photos, en mode trop « européen », jugées « immorales » par la police religieuse.

Les châtiments corporels, en particulier la flagellation à la canne de bambou, sont régulièrement infligés par les tribunaux dans le pays, sur les hommes comme sur les femmes, voire même dans certains cas sur les enfants.
Les victimes sont ligotées, et bien que la sanction soit rarement mortelle, elle n’en est pas moins cruelle, et laisse des cicatrices à vie… autant physiques que psychologiques.

« Puritaine » et « rigoriste », l’Arabie Saoudite est régie par une interprétation stricte de l’Islam wahhabite (mouvement politico-religieux et fondamentaliste) qui prône une pratique purement ritualiste, allant jusqu’à rejeter tous les autres courants qui ne suivent pas scrupuleusement leurs dogmes, considérés comme hérétiques.
L‘homosexualité est donc bien évidemment illégale, considérée comme un acte immoral, et traitée en tant que crime grave… dans le pays, comme d’ailleurs dans les pétromonarchies voisines regroupant Oman, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar, qui devrait, rappelons le, organiser les finales de la Coupe du Monde 2022. Tout homme reconnu « coupable » de relations homosexuelles est passible d’emprisonnement, ou de la peine de mort par décapitation. Observation de la charia.

Il y a deux ans, la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice a publié de nouvelles directives pour interdire également les homosexuels et les femmes jugées trop masculines dans les écoles et les universités : « Nous devons intensifier nos efforts pour lutter contre ce phénomène. » La Commission bannit également les « maux » occidentaux tels que la Saint Valentin, les poupées Barbie et la vente de chiens et de chats.

Ironie du sort, les lois du pays qui interdisent la mixité des hommes et des femmes en public, encouragent justement les rencontres entre personnes de même sexe. Certains quartiers dans les villes telles que Jeddah et Riyad sont ainsi devenus des « zones de croisière » où s’installent des discothèques et autres cafés « gay-friendly« .
Cependant, en 2002, trois hommes auraient été décapités pour homosexualité.

Après les Jeux Olympiques en Russie, ça va être sympa « la Coupe du Monde » au Qatar… à croire que les responsables de la Fifa le font exprès 🙁

Terrence Katchadourian / Joelle Berthout
@stop_homophobie

A lire également :
Une coupe du monde 2022 au Qatar, en décembre et sans homosexuels
Qatar 2022 – le Mondial de Football interdit aux gays

>> A 24-year-old man in Saudi Arabia has been sentenced to 450 lashes and three years in prison after admitting using his mobile phone to send tweets in the hope of meeting other gay men, Saudi newspapers and websites report.

The man posted several messages on Twitter and also posted several « immoral » photographs. Saudi Arabia’s religious police – the Commission for the Promotion of Virtue and the Prevention of Vice – used an undercover agent to apprehend the man. His 450 lashes will be administered in 15 sessions.

Flogging is commonly employed in the country on both men and women – and even children in some cases. A thick bamboo cane is used and often the victim is tied up so they cannot run away. Although rarely fatal, flogging can leave lifelong scars – both physical and psychological.

Saudi Arabia is governed under a strict Wahhabi interpretation of Islam and homosexuality is illegal in the country, as it is in the neighbouring Gulf Cooperation Council states of Bahrain, Kuwait, Oman, United Arab Emirates and Qatar – due to host the 2022 World Cup Finals. Any man convicted of same-sex intercourse can also face life imprisonment or death by beheading and crucifixion under strict Sharia law.
“Instructions have been issued to all public schools and universities to ban the entry of gays and tomboys ”
– Saudi religious police

Two years ago the Commission for the Promotion of Virtue and the Prevention of Vice published new guidelines barring homosexuals, « emos » and masculine women from schools: « Instructions have been issued to all public schools and universities to ban the entry of gays and tomboys and to intensify their efforts to fight this phenomenon, which has been promoted by some websites. » The Commission also bans Western evils such as Valentine’s Day, Barbie Dolls and the sale of dogs and cats.

Ironically, the country’s laws forbidding the sexes to mingle in public is believed to encourage Luwat (homosexual intercourse) because it is far easier to meet people of the same sex. Some areas of cities like Jeddah and Riyadh are said to have a number of « cruising areas » and gay-friendly discos and coffee bars. However in 2002 three men were said to have been beheaded in the country for homosexuality.