Agressions homophobes avec menaces de mort à Cormeilles-en-Parisis : « le voisinage semblait pourtant si calme »

Agressions homophobes avec menaces de mort à Cormeilles-en-Parisis : « le voisinage semblait pourtant si calme »

Ils se sont installés, en avril dernier, en collocation dans un pavillon. Cinq jeunes, la vingtaine. Ils travaillent et profitaient des week-ends pour aménager. Ils avaient d'ailleurs loué un camion, ce dimanche 21 octobre, pour transporter des meubles. Mais ils ont été agressés par leurs voisins, dans un flot d'injures, suivis de coups.

D'abord par un conducteur, déjà éméché, même si en famille, qui les a traités de « pédés », c sales pédales » etc., parce que leur camion empêchait le sien de manœuvrer librement. Il va ensuite leur envoyer son fils, pour intimider le groupe et garer le véhicule à sa convenance, tandis qu'il continuera à proférer des injures homophobes et menaces de mort, et cette promesse de revenir à plusieurs. Sa femme n'a pas cessé d'intervenir, pour éviter qu'il ne descende frapper le groupe. Le fils reviendra d'ailleurs, un peu plus tard, pour tenter encore d'intimider l'un des amis, Léandre, resté seul avec son copain.

« Il nous a raconté que pendant l'altercation, son père avait fait tomber son téléphone par la fenêtre et il nous a demandés de l'argent pour le réparer. Je pensais prendre les devants en prévenant les policiers. Mais mon interlocuteur m'a conseillé de renouveler l'appel si la situation se dégradait vraiment ».

Les amis ont fini par garer leur camion « devant chez eux ». Du moins, ils le pensaient, jusqu'à ce que leur voisine ne se manifeste pour leur signifier que ce n'était pas le cas, qu'ils dérangeaient, surtout leur véhicule, qui dépassait de quelques centimètres sur les pointillés de stationnement en face de son allée de jardin.

« Elle nous a qualifiés de casse-couilles, estimant qu'on saoulait tout le quartier. Elle a aussi voulu frapper la seule fille du groupe, qui lui demandait simplement de se calmer. La violence n'était pas indispensable ».

Dans la foulée, son époux, d'1M90, arguant que les « pédés » malmenaient sa femme, est sorti, pour « foncer dans le tas », en assénant deux coups de pied à l'un des plus minces de la bande, Antoine, comme s'il voulait « défoncer une porte », explique Léandre.

C'était comme « l'occasion qu'il attendait ». « Il a ensuite fixé Ben, le compagnon d'Antoine, qui était très choqué par la scène, en lui demandant ce que le "pédé" regardait ? Il l'a saisi et lui a donné un grand coup de tête. Il lui a fracturé le nez. Nous avons appelé la police à plusieurs reprises. On a vu une patrouille rôder mais ils ont pris leur temps. S'ils étaient intervenus dès le premier appel, rien de tout ceci ne serait arrivé. Et ils n'ont pas non plus jugé nécessaire de recevoir immédiatement nos plaintes. Après avoir discuté avec nos agresseurs, qu'ils connaissaient visiblement depuis le temps, les agents nous ont finalement suggéré de prendre une maison isolée en campagne, si nous souhaitions à l'avenir "faire du bruit". Nous n'avions jamais vu ces gens, en six mois de cohabitation, mais ce serait une "accumulation" de choses qui les auraient irriter. Personne ne s'était plaint et le voisin, qui habite en face, a même réagi pendant l'agression pour calmer la situation en notre faveur. »

Des plaintes ont donc été déposées dans le XVe arrondissement de Paris. Nous accompagnons les victimes, qui seront défendues par Me Tewfik Bouzenoune, avocat pénaliste au Barreau de Paris. Le dossier pour l'association est suivi par le cabinet Deshoulières Avocats.

« On pense à tort que les choses vont mieux, que la société bouge, mais il est toujours très difficile de vivre son homosexualité », insiste Ben, qui a eu le nez fracuré. « J'envie les couples qui se tiennent pas la main, se manifestent librement des marques d'affection. Je les idéalise. Moi je redoute les regards des gens, que l'on me juge. J'ai la chance d'être entouré de bonnes personnes mais j'entends quotidiennement les blâmes, les mots, la violence, les suicides.  Et j'ai envie que ça change et encourager d'autres victimes à ne plus se taire. Je n'ai pas honte d'être homosexuel mais l'homophobie c'est une sorte de racisme. Et je souhaite vraiment que nos agresseurs soient punis.  »