Vives critiques après le discours d’Emmanuel Macron devant la Conférence des évêques de France (VIDEO)

« Chaque jour l’Église accompagne des familles monoparentales, homosexuelles ou ayant recours à l’avortement en essayant de concilier ses principes et le réel », selon Emmanuel Macron, qui intervenait, ce lundi 9 avril, devant la Conférence des évêques de France, lors d'un événement inédit qui a réuni 400 personnes au collège des Bernardins à Paris.

Le Chef de l'Etat a déclaré vouloir instaurer un « dialogue de vérité », en réponse aux inquiétudes de l'archevêque Georges Pontier, président de la CEF, notamment sur la bioéthique. Il a également appelé les catholiques « à s’engager davantage en politique ».

« Pour nous retrouver ici ce soir, Monseigneur, nous avons, vous et moi, bravé les sceptiques de chaque bord. Et si nous l'avons fait, c'est sans doute que nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l'Eglise et l'Etat s'est abîmé et qu'il nous importe, à vous comme à moi, de le réparer ».

Multipliant les hommages, Emmanuel Macron confère ainsi aux religions, ici catholique chrétienne, un rôle privilégié au sein du discours public. Mais il a tenu à rappeler que « sa voix ne peut être injonctive ».

« Je comprends mieux votre réticence à vous engager clairement contre les thérapies de conversion », a réagi Nicolas Noguier, Fondateur et président du Le Refuge​ : « Rencontrer les représentants des cultes rentre dans le principe de laïcité mais faire de tels éloges au mépris de la souffrance de milliers d’adolescents me choque ».

« Chaque jour l'Eglise combat les familles homosexuelles, les femmes dans leur droit à avorter. Chaque jour l'Eglise stigmatise les homosexuel.les et nous rappelle que nous sommes une abomination. Chaque jour l'Eglise est homophobe », a ajouté L'Amicale des Jeunes du Refuge​.

« Garant du caractère indivisible, laïque, démocratique et social de notre République, le président Macron vient par ses déclarations devant les évêques de porter une grave atteinte à la la laïcité », a insisté le Grand Orient de France, condamnant fermement « cette violation de nos principes républicains. »

Jean-Luc Mélenchon parle de délires métaphysiques. Le lien entre « l'Église et l'État » n'a pas lieu d'être. Macron va trop loin. C'est irresponsable !

Les commentaires sont fermés.