-->

Un homme équipé d'explosifs et d'armes arrêté près de Los Angeles : il comptait « assister » à la Gay Pride

Un homme équipé d'explosifs et d'armes arrêté près de Los Angeles : il comptait « assister » à la Gay Pride

>> LA gay pride parade: man detained with arsenal of weapons before event

Quelques heures après l'attentat d'Orlando, plus de 400 000 personnes ont participé ce dimanche 12 juin à la marche des fiertés de Los Angeles. Mais la défiance était de mise, d'autant que la police venait de procéder à l'arrestation d'un homme transportant un arsenal d’armes et d’explosifs à Santa Monica, localité de bord de mer qui jouxte la métropole californienne.

Après avoir annoncé dans un premier temps que James Howell, originaire de l’Indiana dans le nord du pays, avait confié à un agent lors de son interpellation « qu’il voulait causer des dégâts » pendant la Pride LGBT, la chef de police de Santa Monica, Jacqueline Seabrooks, est revenue sur ses déclarations. Le suspect aurait simplement rapporté qu’il comptait y assister, a-t-elle rectifié.

Le jeune homme âgé d’une vingtaine d’années est toujours en garde à vue. Les investigations se poursuivaient afin de déterminer les raisons pour lesquelles il transportait « trois fusils d'assaut, des chargeurs de munitions à haute capacité » ainsi « qu'un seau contenant environ environ 18 litres de produits chimiques capables de former un explosif improvisé ». La police fédérale (FBI) collabore à l’enquête.

Il a été interpelé à 5 heures du matin (12H00 GMT). Il aurait frappé à la porte et la fenêtre d'un résident de ce quartier qui aurait appelé la police, craignant un « rodeur ».

3500Les autorités n'ont toutefois pas trouvé d'élément permettant de lier le massacre d'Orlando et l'attaque évitée à Los Angeles. Un peu plus tôt, le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, avait lui aussi souligné lors d’une conférence de presse que les autorités municipales estimaient « qu’il n’y a aucun lien » entre les deux affaires. Et, après voir envisagé d'annuler la parade, les organisateurs l'ont finalement maintenue avec une présence policière renforcée.

Le maire de la ville a d'ailleurs défilé à côté du chef de la police, arborant un drapeau arc-en-ciel et un panneau où on lisait « Nous aimons Orlando ». « Nous sommes ici pour défiler, célébrer et nous recueillir », a-t-il déclaré à la foule, appelant, en l'honneur des victimes et de l'amour, « à serrer quelqu'un dans vos bras aujourd'hui ».

Plusieurs personnes ont toutefois admis avoir envisagé de ne pas venir, avant de se raviser. Un Israélien qui avait échappé à une attaque lors de la Pride de Jérusalem l'an dernier, où six personnes avaient été poignardées, l'une mortellement, a jugé que le massacre d'Orlando montrait qu'il n'y avait aucun endroit réellement sûr.

« Si nous devons vivre dans la peur, on ne sortira plus de chez nous », a-t-il constaté, refusant de donner son nom. « Nous allons donc continuer à vivre nos vies, apprendre aux gens à ne pas être homophobes, racistes, islamophobes et apeurés en permanence », a-t-il ajouté.

Beaucoup dans le cortège n'ont entendu parler de l'attaque en Floride qu'après être arrivés sur les lieux du défilé. Kyre Stucklin, 45 ans, en larmes, a déploré que l'accent soit mis sur l'éventualité des liens islamistes de l'assaillant plutôt que sur le fait qu'il ait visé la communauté LGBT. « La pire fusillade de l'histoire des Etats-Unis est un crime haineux » contre les homosexuels, a-t-elle insisté.

>> Police in Los Angeles have detained a man who was laden with guns and explosive materials and wished « to harm » Sunday’s LA Pride festival.

Officers arrested James Howell with a carload of weapons hours before the annual LGBT parade in West Hollywood.

Authorities said there appeared to be no connection with the massacre at an LGBT nightclub in Orlando but mobilised scores of law enforcement officers to protect the parade.

« Man told @SantaMonicaPD officer of wanting to harm Gay Pride event during arrest for weapons and explosive materials possession, » tweeted Santa Monica’s police chief, Jacqueline Seabrooks.

Police found three assault rifles, high-capacity magazines, ammunition and a five-gallon bucket with chemicals capable of forming an improvised explosive device, said police spokesman Saul Rodriguez said.

Law enforcement agencies across LA county went on tactical alert and deployed patrols and undercover officers to protect the floats and marchers who paraded through West Hollywood, the heart of LA’s gay community.

With the US in shock and mourning over the carnage in Orlando, Florida, LA’s mayor, Eric Garcetti, struck a defiant tone as marchers gathered for the parade.

« We will not shrink away … we will not go back to the closets. We are out here to march, to celebrate and to mourn. Today we know we are targeted as Americans because this is a society where we love broadly. We are white, black, brown, Asian, Native American, the whole spectrum. »

The arrest happened at around 5am after a resident in Santa Monica, several miles west of Hollywood, reported a suspected prowler near the corner of Olympic Boulevard and 11th Street in Santa Monica.

Police encountered Howell, who said he was waiting for a friend. They searched a nearby white Acura with Indiana license plates and found the weapons, prompting Howell’s arrest for weapons and explosive materials possession.

A Facebook page for someone of the same name in Indiana shows a young man posing beside an Acura. A post said he recently lost two jobs, including one as a security supervisor. The page also juxtaposes a purported quote from Hillary Clinton, about putting society ahead of the individual, with a similar one from Adolf Hitler.

Seabrooks did not elaborate on her tweet about Howell expressing a desire « to harm » the parade. A Santa Monica police spokesman promised more details when the investigation advanced. The FBI is also investigating.

Authorities reportedly considered canceling the parade, an annual event since 1970, but went ahead with increased security. LA county sheriff’s deputies bolstered the LA police department’s protection.

Speaking on a warm, overcast morning, Garcetti urged unity and defiance. « We are Orlando, we are Americans, we are all LGBT community members today, we are all part of a country that will not be beaten down. We will not go away. And today we are proud of who we are. »

Expressions of pride, solidarity and anxiety lit up social media.

« Nobody waiting to march in @LAPRIDE #lapride #prideparade is leaving out of fear. We are #gay warriors! #weareorlando #lovewins, » tweeted Sheryl Alexander, a journalist and activist.

« Not even terrorism will keep us from this party, » tweeted Izzy Salhani, a self-described queer comic.

But anxiety tinged the calls to not be afraid. « Keep your guard up and if you see anything suspicious. Notify the authorities right away. #LAPride, » tweeted Matt Shively, an actor.