Premier salon du mariage gay à Paris, entre militantisme et business !

Premier salon du mariage gay à Paris, entre militantisme et business !

"Avant j'étais contre le mariage, je trouvais que c'était une régression ou un embourgeoisement des homos, mais vu la violence des opposants, il faut montrer que ça valait la peine", estime Jean, en couple depuis 20 ans avec Philippe, au premier salon du mariage gay, samedi à Paris.

Photographes, traiteurs, "wedding planners", spécialiste des alliances: tout juste quatre jours après l'adoption par le Parlement du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, le salon dédié aux futurs époux homosexuels était entouré d'un important dispositif de sécurité, après les violences qui ont émaillé les manifestations des anti-mariage gay.

"Le climat de haine de ces dernières semaines a été tel que je crains des incidents aujourd'hui. Mais je suis venu parce que mon ami et moi nous allons nous marier l'année prochaine et je veux avoir une idée du budget nécessaire", déclare à l'AFP Tanguy, 27 ans, qui a préféré garder l'anonymat.

"Ces mois-ci ont été très difficiles. Voir toute cette haine pour une loi qui nous rend tous égaux...J'espère que maintenant nous allons passer à autre chose", ajoute-t-il.

Claire Jollain, organisatrice de l'évènement, assure avoir pris ses "précautions avec la préfecture de police pour garantir la sécurité des visiteurs et des exposants". Outre les vigiles à l'entrée, camions des forces de l'ordre et policiers en civils surveillaient les abords du salon qui se tient jusqu'à 23H00 avec DJ et "ambiance festive" en soirée.

Parmi la quarantaine d'exposants, Marie et Ayamé, deux soeurs, tiennent le stand d'Ikonizaboy qui veut "dérider la cravate et le noeud papillon".

"On voulait dépoussiérer l'accessoire pour homme en intégrant des nouvelles coupes, détails et matières, comme le jean, le lin, la laine ou le cuir", explique Marie, dont les modèles vont de 30 à 70 euros.

"La liberté de choisir"

Des vêtements à réinventer, des cérémonies à imaginer, des budgets plus conséquents: les pros du mariage comptent sur les prochaines unions homosexuelles pour donner un coup de fouet à leur chiffre d'affaires.

"Nous prévoyons que la loi entrera en vigueur fin mai, et que dans les 12 prochains mois, il y aura 6.760 mariages homosexuels qui seront célébrés", a calculé Jean-François Lacrampe, diplômé d'HEC, qui a créé Primeday, "la première plateforme web complète de service et produits pour mariage gay et lesbien".

Ses estimations sont basées sur le nombre de couples de même sexe qui s'étaient mariés en Belgique, en Hollande et en Espagne, après l'adoption de la loi dans ces pays.

"Le budget moyen d'un mariage en France se situe autour de 10.000 euros. En se basant sur ce chiffre, nous sommes en train de parler d'un marché qui tourne autour de 67 millions d'euros par an", estime cet ancien cadre d'une banque.

Des conseils juridiques pour le contrat de mariage à la lune de miel, Primeday veut "accompagner" les futurs époux dans les différentes étapes.

"Beaucoup de couples gays et lesbiens vont se marier pour sécuriser leurs droits de parents. Nous travaillons par exemple avec des avocats qui ont l'habitude de traiter les sujets de l'homoparentalité", explique-t-il.

"Quand on peut se le permettre, c'est vrai qu'un wedding planner à l'américaine qui s'occupe de tout, c'est tellement pratique! On n'a pas encore décidé si on allait le faire ou pas, mais maintenant que la loi est passée, le plus important, c'est que désormais on a la liberté de choisir. Y compris celle de ne pas se marier", conclut Jean, photographe venu avec Philippe.

(AFP)