Pétition : Stoppons les 'traitements' anti-gays en Chine

Pétition : Stoppons les 'traitements' anti-gays en Chine

https://www.allout.org/fr/actions/end-gay-cures-china

>> Stop gay 'cures' in China Anne McClain

Pour la première fois dans le pays, un tribunal s’est penché le 31 juillet dernier à Pékin sur des traitements controversés censés "soigner" l'homosexualité - un procès salué par une manifestation d'une poignée de militants qui disent espérer un changement des mentalités.

Le plaignant dont le tribunal examine le cas, qui se fait appeler Xiao Zhen, affirme avoir été traumatisé par des traitements subis dans une clinique de Chongqing, destinés à "corriger" son orientation sexuelle. On lui aurait ainsi demandé de penser à des scènes érotiques homosexuelles avant de lui administrer des électrochocs.

"J’ai subi des électrochocs dans une clinique anti-gay en Chine. Les docteurs m’ont dit qu’ils allaient 'électro-choquer l’homo qui est en moi'.

Dans des familles comme la mienne, être gay est toujours considéré comme une maladie à traiter en Chine. Et des cliniques frauduleuses en profitent. Je veux montrer à mes amis, ma famille et tout le monde en Chine qu'être gay c'est OK."

Outre cette clinique, Xiao Zhen poursuit également en justice le géant de l'Internet chinois Baidu, premier moteur de recherches du pays, pour avoir diffusé des publicités pour l'établissement et ses "thérapies". Ce n'est qu'en 2001 que les autorités chinoises ont officiellement retiré l'homosexualité de leur liste des maladies mentales, mais les gays et lesbiennes chinois font encore l'objet d'une très forte pression familiale et sociale.

"C'est le premier procès contre les thérapies de réorientation sexuelle en Chine", affirme Xiao Tie, directrice générale du centre LGBT de Pékin, qui soutient cette action en justice.

"En Chine, ceux qui se soumettent à ces traitements le font pour la plupart sous la pression familiale. Quand ils apprennent que leur enfant est homosexuel, les parents lui ordonnent d'aller dans un hôpital psychiatrique ou de se soigner", a-t-elle indiqué à l’AFP. Les "thérapies de conversion" de tous types ont été pratiquées à travers le monde depuis le début du XXe siècle, mais sont désormais considérées comme non-scientifiques, inefficaces, voire dangereuses par les autorités médicales.

Xiao Zhen, a interpellé l’Organisation mondiale de la santé par le biais d'une pétition internationale publiée le 21 août dernier et soutenue par l'organisation militante LGBT All Out : https://www.allout.org/fr/actions/end-gay-cures-china

"Si aujourd'hui nous pouvions convaincre l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de rejoindre notre combat et de condamner publiquement ces 'traitements' dangeureux, cela pourrait pousser les responsables politiques à les interdire dans leurs pays."

Nous devons nous solidariser et signez la pétition pour demander au Directeur général de l’OMS, le Dr. Margaret Chan, de condamner haut et fort les "traitements" anti-gays en Chine.

À: MARGARET CHAN, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

Faites entendre votre voix en Chine pour :

* Réaffirmer qu’être gay n’est pas une maladie
* Condamner les "traitements" anti-gays
* Appeler tous les pays à interdire les soi-disant "thérapies de conversion"

@stop_homophobie avec l'AFP

>> "I was electro-shocked at a gay 'cure' center in China. Doctors hypnotized me and said they would 'shock the gay' out of me.

In families like mine, being gay is still seen as something that can be cured, and scam clinics prey on that fear. Now, I want my friends, my family and everyone in China to understand that being gay is normal.

If we get the World Health Organization (WHO) to join in and speak out against gay 'cures', it could create a perfect storm.It could help convince officials to finally ban these dangerous gay 'cures.'

Will you sign my petition asking WHO Director Dr. Margaret Chan to speak up now and condemn gay 'cures' in China?" - Xiao Zhen
Posted on 21 August 2014 - This petition is hosted by All Out on behalf of Xiao Zhen with the support of Queer Comrades and the Beijing LGBT Center.