« On m’a traité de "parasite LGBT", "déchet pédérastique" et j'en passe », un cadre gay du FN

« On m’a traité de "parasite LGBT", "déchet pédérastique" et j'en passe », un cadre gay du FN

« C’est le cœur plein de regrets », que Guillaume L., secrétaire général du « Collectif Marianne », structure associative associée au « Rassemblement Bleu Marine » et chargée de diffuser les idées frontistes dans les réseaux étudiants, a annoncé ce mercredi 30 novembre sur les réseaux, sa démission du parti qu’il avait pourtant rejoint il y a plus d’un an, « séduit par l’idée d’un grand rassemblement des souverainistes, de gauche comme de droite, unis autour d’une colonne vertébrale idéologique solide : le patriotisme. »

« J’y croyais. J’ai vibré. Je me suis investi. J’ai milité. J’ai tracté. J’ai travaillé. J’ai donné. J’ai sacrifié. J’ai dégusté. Et j’ai découvert au fil du temps le goût amer de la désillusion », écrit-il. Mais force est de constater « que le Front National est une cocotte minute sur le point d’exploser, où deux sensibilités bien différentes ont de plus en plus de mal à cohabiter, quoi qu’en disent officiellement les cadres. Et à ma grande tristesse, l’une est bien plus bruyante que l’autre. »

[spacer]

[spacer]

Soulignant ainsi les divergences qui minent la formation, entre le discours soi-disant souverainiste et social de Florian Philippot et la ligne traditionnelle du FN, désormais incarnée par Marion Maréchal Le Pen, il dénonce la stratégie du Front, « dont certains cadres voient en l’ultra-conservatisme et la promotion des “bonnes mœurs” (les “valeurs”, dans le vocable aseptisé) une forme d’avenir : Comme j’avais l’habitude de dire ces derniers temps : “ça me donne la nausée” ». 

Il a assumé sa sensibilité, progressiste et sociale, mais « s’il est aisé d’être conservateur et militant de la “Manif pour tous” au Front National, il l’est beaucoup moins d’être favorable au “Mariage pour tous” et d’adopter un ton mesuré sur certaines questions », déplore-t-il.

« On m’a traité de “gauchiste islamisé infiltré” (sic), de “parasite LGBT”, de “déchet pédérastique” (ou sa charmante variante “sodomite”), j’en passe. Qu’il y ait des idiots dans la sphère du Front National, c’est le cas partout. Ce qui est beaucoup plus difficile à digérer, ce sont les bons conseils de ceux qui sont censés être de son côté au sein de la si divisée “famille politique”. Et ce fameux “fais le dos rond, ne fais pas de vague, ignore-les, il ne faut pas fragiliser l’unité”. Traduction : cachez ces horreurs que nous ne saurions voir, il faut d’une part garder la droite réactionnaire dans la poche, et d’autre part continuer à polir l’image… Une fois, ça passe. Toutes les semaines, ça fracasse », assène-t-il, justifiant notamment son départ par « l’amnistie systématique de certains dérapages ou les œillères à ce sujet sont insoutenables : Le jeune homo que je suis l’a très mal vécu. »

Il regrette une mutation des convictions « anti-systèmes » du parti au profit de la quête irréfléchie des résultats électoraux et de l’image, « Dire tout et son contraire pour ratisser large. Refuser de se fixer, de choisir entre l’ultra-conservatisme et le progressisme. Omerta sur les sujets sociétaux, qui ont pourtant leur importance : c’est le quotidien des français, c’est l’Humain », insiste-t-il, avant de remercier ses camarades, pour saluer le travail accompli et conclure : « Souverainiste mais de gauche, on m’a fait comprendre, parfois violemment, que je n’avais pas ma place chez les “patriotes”. J’en prends acte. »

A bon entendeur…

Valentine Monceau
stophomophobie.com