Mariages homos : un maire doit appliquer la loi, affirme Hélène Mandroux

 

La maire socialiste de Montpellier, Hélène Mandroux, qui devrait célébrer les trois premiers mariages gay dès la promulgation de la loi, s'élève contre les maires qui réclament un droit de retrait, affirmant avec force qu'un maire "doit appliquer la loi".

En 2009, vous lanciez l'Appel de Montpellier en faveur du mariage hom
osexuel; en février 2011, vous aviez marié symboliquement un couple gay; dès promulgation de la future loi, Najat Vallaud-Balkacem a annoncé que vous célèbreriez le premier mariage homosexuel: vous sentez-vous l'égérie de cette cause ?

Les choses se sont faites progressivement. J'ai fait l'appel pour aider un député qui voulait proposer une loi sous le gouvernement précédent. Ensuite, j'ai accepté de marier deux hommes, dont l'un était Portugais mais qui n'avaient pu le faire au consulat du Portugal parce que son ami était Français. Mais c'était un mariage symbolique parce que je respecte la loi. Il n'était pas question de signer un registre d'état civil.

Avez-vous l'impression que la loi que va présenter le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, au Conseil des ministres, est une loi a minima ?

Je crois que le principal, c'est que la France, comme dix autre pays en Europe, reconnaissent le mariage homosexuel. Quand vous pensez que le mariage homosexuel est reconnu en Espagne et au Portugal qui ont des traditions chrétiennes depuis toujours. Ca existe dans les pays du nord depuis dix ans et, mon dieu, personne n'est perturbé. Les enfants vont très bien, tout le monde va très bien. Les pays du nord de l'Europe ne se sont pas effondrés. Il faut arrêter d'être hypocrite. Et regarder la réalité en face. Il n'y a pas de raison d'être discriminé. Moi, je refuse toutes les discriminations. Il n'y a pas de raisons que deux personnes qui s'aiment ne puissent pas se marier. Je préfère deux hommes ou deux femmes qui s'aiment qu'un homme et une femme qui se tapent dessus.

Comprenez-vous que des élus demandent un droit de retrait si la loi sur le mariage des homosexuels est votée ?

Vous savez, la France est souvent en retard d'une guerre. Je remercie Simone Veil aujourd'hui. Il y a encore des gens aujourd'hui qui s'élèveraient contre l'avortement. On est resté très jacobin, très conservateur. On ne comprend pas que la société bouge, que la société évolue. Avant il y avait très peu de familles monoparentales, maintenant il y a beaucoup de familles monoparentales. Maintenant il y a beaucoup de personnes qui vivent seules. C'est la société. Et l'homosexualité a toujours existé. Mais de même que j'ai respecté la loi en célébrant un mariage symbolique, un maire doit appliquer la loi. Ce n'est pas possible autrement.

Propos recueillis par Rémy Zaka
(Source AFP)

Les commentaires sont fermés.