Mariage homo : pour Copé, Hollande est "très mal à l'aise"

Le président de la République reconnaît la « liberté de conscience » aux maires qui refuseraient de célébrer l’union des homosexuels.

Jean-François Copé revient sur la position du chef de l’Etat concernant le mariage pour tous. Le président de l’UMP a affirmé mardi 20 novembre dans la soirée que François Hollande, en reconnaissant la « liberté de conscience » aux maires, dont certains refusent de célébrer les mariages de personnes de même sexe, montrait qu’il était « très mal à l’aise ».

Le président de la République « est lui-même, maintenant il le montre, très mal à l’aise avec ce projet. Je le comprends. Il a vu des dizaines et des dizaines de milliers de Français dire leur inquiétude, leur incompréhension », a déclaré Jean-François Copé à TF1.

La société française « fracturée »

« Il n’y a absolument pas de débat (…) Il faut que François Hollande sache que c’est un projet – celui du mariage homosexuel mais surtout celui de l’adoption – qui est en train de vraiment fracturer la cohésion de la société française. Car derrière, c’est la question de parentalité » qui est posée, a-t-il dit, soulignant que ce projet prévoyait « une mise à néant du code de la famille ».

Devant les maires réunis en congrès, François Hollande a fait mardi des gestes à leur égard, reconnaissant « la liberté de conscience » aux maires, dont certains refusent de célébrer des mariages entre personnes du même sexe si la loi le prévoyant est votée.

Il a fait valoir qu' »il y a toujours la liberté de conscience » et affirmé que des possibilités de délégation d’un maire à ses adjoints « peuvent être élargies.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/mariage-gay-lesbienne/20121121.OBS0066/mariage-homo-pour-cope-hollande-est-tres-mal-a-l-aise.html
Afficher la suite