Marc-Olivier Fogiel : "si j’avais voulu cacher mon homosexualité, je ne me serais pas marié"

Marc-Olivier Fogiel : "si j’avais voulu cacher mon homosexualité, je ne me serais pas marié"

Absent du petit écran depuis le mois de juin et la diffusion du dernier entretien du Divan de Marc-Olivier Fogiel, l'animateur s'apprête à faire son grand retour sur France 3 avec une nouvelle salve de portraits en toute intimité, tous les mardis soirs à partir de 23h15. Jean-François Copé (le 19 janvier), Jean d'Ormesson, un Cyril Hanouna tout en fragilité, Béatrice Dalle ou encore Françoise Hardy feront partie des prochains invités.

A cette occasion, Marc-Olivier Fogiel a accordé un entretien à Télé 7 Jours, en kiosques dès ce lundi, au cours duquel il revient sur l'importance de ses enfants dans son équilibre. Le journaliste, qui a été longtemps en analyse, admet être "préoccupé en permanence" et ce depuis son plus jeune âge. "Je ne ressens de plénitude absolue qu'avec mes enfants", reconnaît le papa de Mila et Lily, 4 et 2 ans. "(Je suis un papa) attentif, sécurisant et compréhensif. Qui ne juge pas. J'accompagne", poursuit-il.

Un bel exemple de famille homoparentale. Pourtant, l'animateur n'est pas de ceux qui clament haut et fort leur homosexualité. "Si j'avais voulu cacher mon homosexualité, je ne me serais pas marié. Je porte mon alliance", insiste ce père de famille.

"Financièrement à l'abri", papa accompli, heureux dans son couple et au top de sa carrière, Marc-O garde cependant une plaie béante : la mort de son papa, en 2012, un an après la naissance de sa première fille Mila. "(Il m'a accompagné) comme il a pu. Il était déjà malade et n'a pas pu exprimer ce qu'il ressentait mais j'ai senti qu'il était fier de moi. Ma grande douleur est de ne pas avoir pu lui présenter ma deuxième fille, ni partager avec lui la joie d'avoir une vraie famille", conclut-il. Alors forcément, plus que jamais, Marc-Olivier Fogiel place la famille au centre de ses priorités...

Joachim Ohnona