Le président de "Boy Scouts of America" appelle à l'inclusion des homosexuels dans l'encadrement de l'organisation

Le président de "Boy Scouts of America" appelle à l'inclusion des homosexuels dans l'encadrement de l'organisation

>> Boy Scouts President Robert Gates Calls for End of Ban on Gay Troop Leaders

Cette politique n'est « plus soutenable » a déclaré, ce jeudi, devant l'assemblée générale annuelle du mouvement, tenue à Atlanta (Etat de Géorgie), Robert Gates, le président de Boy Scouts of America, ancien ministre de la Défense et ex-patron de la CIA : le « statu quo dans les règlements d'adhésion à notre mouvement ne peut plus durer. Si le mouvement n'initie pas lui-même ces changements, les tribunaux l'obligeront à le faire.».

Les homosexuels acceptés en tant que membres depuis 2014

La question de l'homosexualité agite depuis de nombreuses années le mouvement et a donné lieu à de multiples vagues de protestation entre partisans du droit des gays d'un côté et les églises de l'autre, plus conservatrices et très présentes chez Boy Scouts of America (BSA).

Mais après deux décennies d'interdiction explicite des jeunes homosexuels, la BSA avait décidé d'accepter, depuis le 1er janvier 2014, les jeunes homosexuels en tant que membres, mais avait conservé l'interdiction pour eux d'encadrer d'autres membres. Après cette décision majeure, les soulèvements avaient continué, notamment de la part des sections rebelles de New York ou de Denver qui demandaient le même droit pour tous.

« Avec des dizaines d'Etats qui légifèrent sur la protection des salariés sur la base de leur orientation sexuelle, Boy Scouts of America se retrouve dans une position insoutenable qui nous rend susceptibles de devoir changer notre politique d'adhésion par la simple décision d'un tribunal. » L'ancien ministre a donc appelé l'organisation à prendre elle-même en main son avenir : « nous devons agir ou nous serons forcés de le faire, mais dans un cas ou dans l'autre, je crois que nous n'avons pas beaucoup de temps ».

Human Right Campaign a salué « un pas dans la bonne direction ».

De son côté, l'Eglise mormone, plus gros sponsor des BSA, a pris acte du discours de Robert Gates et « va soigneusement étudier les répercussions que pourrait avoir ce changement » sur leur historique soutien au mouvement, vieux de plus d'un siècle.

Boy Scouts of America, association fondée en 1910, rassemble 2,5 millions de jeunes garçons encadrés par un million de bénévoles dans 110.000 troupes. Plus d'1,5 million de ses membres sont âgés de 7 à 11 ans.

>> Robert Gates, the president of the Boy Scouts of America, called for an end to the group's ban on gay adult leaders in a meeting Thursday and announced he would no longer enforce the policy.

"The status quo in our movement's membership cannot be sustained," the former defense secretary said in a speech at the organization's annual national meeting in Atlanta, Georgia. "We must deal with the world as it is, not as we might wish it to be. We must all understand that this will probably happen sooner rather than later."

While Gates did not move to officially change the Boy Scouts' policy, he said he would not revoke the charters of troops that accept gay adults.

"While technically we have the authority to revoke their charters, such an action would deny the lifelong benefits of Scouting to hundreds of thousands of boys and young men today and vastly more in the future," he said. "I will not take that path."

Gates, who was defense secretary when a federal judge overturned the U.S. military's "don't ask, don't tell" policy in 2010, argued that waiting for the courts to rule on the Boy Scouts' ban on gay leaders would be a "gamble with huge stakes."

"We could end up with a broad ruling that could forbid any kind of membership standard, including our foundational belief in our duty to God and our focus on serving the specific needs of the boys," he said, adding that it would be better to "seize control of our own future."

Scouts for Equality, a group that has campaigned for an end to the ban, praised Gates' speech, calling it "another step forward for the Boy Scouts of America."

"While our work won't be done until we see a full end to their ban on gay adults once and for all, today's decision moves the Boy Scouts in that direction," the organization's executive director, Zach Wahls, said in a press release.

Religious conservatives criticized the move, however, reports The New York Times. "I think it's a sad thing. I think that many families and boys will be negatively affected by the Boy Scouts' departure from their longstanding principles," said John Stemberger, president of the conservative Christian group Florida Family Policy Council.