Football/Pyrénées-Orientales : Un arbitre dépose plainte pour « injures homophobes et menaces de mort » (VIDEOS)

Football/Pyrénées-Orientales : Un arbitre dépose plainte pour « injures homophobes et menaces de mort » (VIDEOS)

Abdé, 25 ans, qui officiait ce samedi 24 février lors d'un match amateur dans les Pyrénées-Orientales, a constaté qu'un individu, à priori le président du club d'Alénya, mené alors par Villelongue-de-la-Salanque, s'agitait depuis les tribunes, l'insultant allégrement et à plusieurs reprises, jusqu'à le menacer de mort.

« Putain d'homosexuel, pédé, appelle la police, tu ne sortiras pas du stade vivant ! »

Le jeune homme a déposé plainte ce lundi 26. « On ne devient pas arbitre pour se faire insulter ou frapper », explique-t-il sur France-Bleu, déplorant que le football même amateur « devienne si dangereux ».

L'auteur présumé des faits réfute les accusations, arguant qu'il n'y aurait « aucune trace écrite de cet incident sur la feuille de match informatisée. Parfois, je déborde. Ça peut arriver dans un stade », dit-il, « mais de là à traiter l'arbitre de tous ces mots... Moi, s'il m'arrive ça, j'arrête le match tout de suite. Même les pros le font. Ils quittent le stade ! »

« Reflets de la société, violences, intimidations et menaces sont souvent le quotidien de nos collègues », regrette Romain Delpech, président dans les Pyrénées-Orientales de la commission des arbitres de football. Mais « il faut rester vigilant et ne pas tirer de conclusions hâtives », ajoute-t-il, appelant les collectivités territoriales à prendre leurs responsabilités.

« Le dossier va être placé en instruction. Des faits sont avérés, je soutiens l'arbitre dans sa démarche. Je ne vois pas pourquoi il mentirait », poursuit l'expert. Il s'inquiète d'une généralisation de ce type de problèmes sur les terrains et préconise la mise en place d'un volet éducatif dans les écoles pour y parer, « si l'on ne veut pas que les jeunes désertent le football ».

Il rappelle en outre que les personnes qui enfreignent la loi encourent de lourdes peines, les arbitres étant depuis 2006 assimilés à des policiers et protégés par la loi Lamour.

Valentine Monceau
stophomophobie.com