Don de sang des homosexuels : « Une contre-indication de douze mois à compter du dernier rapport »

Don de sang des homosexuels : « Une contre-indication de douze mois à compter du dernier rapport »

A partir de juillet prochain, les homosexuels et bisexuels abstinents depuis un an pourront donner leur sang. Un délai de 4 mois est exigé pour donner son plasma. Marisol Touraine, ministre de la Santé, avait annoncé le 4 novembre 2015 l'ouverture progressive du don du sang aux homosexuels à partir du printemps 2016. L'arrêté daté du 5 avril et fixant les critères de sélection des donneurs de sang a été publié ce samedi matin au Journal Officiel. Les conditions seront applicables dans trois mois.

Pour le risque ciblé de « transmission d'un agent infectieux pour le candidat au don », est considéré comme situation à risque le fait pour « un homme d'avoir un rapport sexuel avec un autre homme ». Et la contre-indication pour un « don de sang total et d'aphérèse » est de « 12 mois après le dernier rapport sexuel considéré ».

Les femmes sont également concernées par certains critères très strictes. Elles devront, notamment, respecter aussi un délai de 12 mois avant un don de sang entre un rapport sexuel avec un homme ayant lui-même eu une relation avec un autre homme.

Néanmoins, de nombreuses associations ont dénoncé ces critères trop drastiques. Face à cette contestation, la ministre de la Santé avait insisté sur le caractère progressif de cette mesure. Dès que les données scientifiques permettront de montrer que le risque de prélever du sang chez ces donneurs n’est pas plus élevé que chez les hétérosexuels, les conditions seront revues et se rapprocheront des règles générales. Une modification qui pourrait arriver très rapidement. La ministre indiquait que le résultat de ces études pourrait être connu d’ici un an.