Costa Rica : « non-lieu » pour un couple de lesbiennes poursuivi pour « mariage illégal »

Costa Rica : « non-lieu » pour un couple de lesbiennes poursuivi pour « mariage illégal »

Elles risquaient jusqu'à trois ans de prison ferme pour atteinte au concept de « famille costaricaine ». Les deux femmes s'étaient mariées, en juillet 2015 et à la faveur d'une erreur d'état-civil, alors que les unions de même sexe ne sont pas encore légales dans ce pays d'Amérique centrale.

Mais le parquet a finalement décidé de suspendre les poursuites en s'appuyant sur une décision (janvier 2018) de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (IDH), institution émanant de l’Organisation des États américains (OEA), qui a souligné que les couples homosexuels ont les mêmes droits que les couples hétérosexuels.

Le tribunal constitutionnel costaricien avait d'ailleurs estimé que cet avis était contraignant, et a annulé ensuite l'article du Code de la famille interdisant le mariage entre conjoints du même sexe. Le parlement devait s'y conformer, à défaut d'une légalisation automatiquement d'ici le 26 mai 2020. Le nouveau président, Carlos Alvarado (centre-gauche), s'y était également déclaré favorable. D'où le non-lieu requis pour Jazmín de los Ángeles Elizondo, 27 ans, et Laura Flórez-Estrada, 31 ans, ainsi que leur avocat, poursuivi lui aussi pour avoir permis l'union.

« Cela nous ôte un grand poids. C'est un pas de plus pour reconnaître que nous sommes tous égaux », s'est félicité auprès de l'AFP le couple, devenu un symbole des luttes LGBT dans ce pays, qui a toutefois dépénalisé l'homosexualité dès 1870.

Dans la région, au Salvador, Nicaragua ou Honduras notamment, des centaines d'homosexuels sont encore assassinés chaque année.

Laissez un commentaire

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.