Un site condamné pour avoir comparé le sort des anti-mariage gay à celui des enfants juifs sous l'Occupation

Un site condamné pour avoir comparé le sort des anti-mariage gay à celui des enfants juifs sous l'Occupation

Le responsable d’un blog anti-égalité, qui avait publié un photomontage comparant le traitement des militants de La Manif pour tous au sort des enfants juifs pendant l’Occupation, a été condamné jeudi à 800 euros d’amende avec sursis, pour diffamation.

Le très nauséabond « Le salon beige », qui se présente comme un soi-disant « blog d’actualité » tenu par des « laïcs catholiques », avait publié le 14 avril 2013 un photomontage intitulé « les heures les plus sombres de notre histoire. »

Un-site-condamné-pour-avoir-comparé-le-sort-des-anti-mariage-gay-à-celui-des-enfants-juifs-sous-l'OccupationIl juxtaposait ainsi une photo montrant un parc pour enfants sous-titrée « 1942 un jardin interdit aux juifs » et une autre, montrant un homme portant un sweat-shirt à capuche de La Manif pour tous, tenu par le bras par un surveillant: « 2013 le jardin du Luxembourg interdit » aux militants de l’association.

Le surveillant apparaissant sur la photo avait porté plainte pour diffamation, car « La comparaison lui était absolument insupportable », a confié son avocat, Me Alexandre Blondieau.

Contrairement à ce que soutenait le directeur de la publication du site internet, le tribunal correctionnel de Paris a estimé que le surveillant était « parfaitement identifiable » sur le montage, à tout le moins par ses proches, ses relations personnelles et professionnelles, et « par les habitués du jardin du Luxembourg ». Il se trouvait ainsi visé « non seulement en tant que symbole d’une autorité publique jugée répressive, mais également à titre personnel, en sa qualité de surveillant du jardin du Luxembourg dans l’exercice de ses fonctions ».

Pour les juges, « le fait d’assimiler les mesures supposées prises à l’encontre des partisans de l’association La Manif pour tous, en raison de leurs idées et de leurs opinions, aux mesures effectivement prises à l’encontre des juifs pendant l’Occupation, au seul motif de leur appartenance à la communauté juive, ne repose, à l’évidence, sur aucune base factuelle sérieuse et manque à la plus élémentaire prudence » dans l’expression.

Soulignant que le photomontage met « personnellement en cause » le surveillant « dans l’exercice de ses fonctions, d’une manière particulièrement violente, blessante et outrancière », le tribunal a condamné le responsable du blog à verser 3.000 euros de dommages et intérêts à la partie civile.

La suppression du photomontage sur le site dans un délai de deux jours suivant le jour où la décision sera devenue définitive a également été ordonnée, indique l’AFP. L’avocat du prévenu n’a pu être joint.